Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/11/2013

Une «indignation», ou pas

Léger sourire, hier. A la lecture d'une dépêche de l'agence AFP relatant «l'indignation» suscitée à Moscou par l'installation d'«une gigantesque malle aux couleurs de la marque de luxe français Louis Vuitton, à côté du mausolée où repose Lénine, et bouchant la vue sur la place Rouge». Double sourire, en fait.

D'abord, cela ne date pas d'hier que le grand luxe (français ou pas), à l'occasion, peut être tapageur. Et donc de mauvais goût.

Ensuite, ce qui fait scandale à Moscou suscite l'indifférence à Paris. Pour preuve, sur des dizaines de mètres le long de la Seine, Quai Malaquais (à hauteur du Pont des Arts), une grande marque de luxe a entièrement emballé l'édifice qu'elle est en train de restaurer: l'a recouvert d'une immense bâche publicitaire, vantant les mérites de cette enseigne.

N'importe quelle autre capitale digne de ce nom et se disant soucieuse de son patrimoine historique n'aurait évidemment pas toléré que l'on «marchandise» ainsi, et aussi ostensiblement, un ensemble classé aux Monuments historiques. Mais là, à Paris, rien. Cela fait des semaines que cette méga-réclame publicitaire défigure une perspective fluviale et urbaine considérée comme Patrimoine de l'humanité par l'Unesco – mais que fait donc cette institution? Sans que personne ne s'en offusque. Sans qu'aucune «indignation» n'ait été relayée par l'AFP.

Ce doit être une illustration contemporaine, post-moderne en somme, de la parabole de «La paille et la poutre».

Les commentaires sont fermés.