Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/12/2013

Un cinquième jour

A Paris et dans sa région, ce vendredi, c'est le cinquième jour consécutif de pollution excessive due aux particules fines. Mais, sur les trottoirs et dans les parcs de la «Ville lumière», on croise toujours autant de gens en train de faire leur footing. Alors que, dans une telle atmosphère, le sport intensif en extérieur doit faire davantage de mal que de bien. Et, dans la circulation, on compte toujours autant de poids lourds. Alors que, en ces périodes de pic de pollution, les véhicules de plus de 3,5 tonnes qui sont en transit dans la région parisienne sont invités (là) à contourner la capitale.

Cette invitation au contournement «n'est, dans les faits, pas du tout respectée!», s'est énervée hier, sur une radio, une responsable de l'ONG environnementale FNE. Qui chiffrait à 20 milliards d'euros le coût annuel, pour la Sécu, des pathologies induites par la pollution atmosphérique. Et évaluait à 43.000 le nombre de morts que cette pollution cause chaque année en France.

Ce chiffre d'une quarantaine de milliers de morts annnuelles – que l'on retrouve sur le site web de cette association, ici – a de quoi impressionner. Il est sans commune mesure avec le nombre annuel de morts sur les routes (un gros 3000, environ). Et même n'est pas si loin du bilan sanitaire des maladies liées à la tabagie (à peu près 60.000). La lutte contre l'insécurité routière et contre les dangers du tabac, deux causes qui mobilisent tant et plus – et à raison – les autorités et les médias. En revanche, ces 43.000 victimes annuelles de la pollution retiennent si peu l'attention. Or, cela fait tout de même près de 120 personnes qui, chaque jour, dans ce pays, décèdent pour cette raison.

Les commentaires sont fermés.