Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/02/2014

Une communication anxiogène

Paris, Transports, Métro, SantéAprès la journée catastrophique de la fin décembre à la RATP (relire ici), le bras de fer s'y poursuit, à propos des chantiers de désamiantage concernant le métro. Bras de fer entre la direction de l'entreprise et les syndicats du personnel. Ces derniers considèrent qu'ils doivent travailler à marche forcée et sans respect optimal de la sécurité, dans les ateliers de maintenance où sont traitées les rames couvertes d'une peinture isolante contenant de l'asbeste.

C'est dans ce climat social tendu que le syndicat CGT a cru bon de balancer sur la place publique que ces vieilles rames amiantées – dont la peinture «se délite et peut libérer des fibres» – circulent sur plus de la moitié du réseau. Précisément, sur les lignes 3, 3 bis, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 et 13, ainsi que sur les lignes des RER A et B. La direction de la régie, elle, continue d'opter pour une communication minimale, sur le sujet. Ainsi, sur le site web de la RATP, pas la moindre information n'est disponible sur cette question. Le grand public est sans doute prié de se contenter de l'assurance qu'avait donnée, lors de ses voeux de fin d'année, le grand patron de la RATP («Il n'y a absolument aucun risque pour les voyageurs»).

Cet alarmisme d'un côté, cette opacité de l'autre côté, c'est, bien sûr, la pire des choses, en termes de communication. Les usagers des lignes 3, 3 bis, 6, 7, 8, etc. aimeraient sans doute en savoir plus, sur les risques que cette vieille peinture amiantée fait éventuellement courir à leurs poumons. L'on pourrait aussi en profiter pour, enfin, faire le point publiquement et en toute transparence sur les vieilles plaques de frein qui équipèrent longtemps les rames du métro de Paris, elles aussi à base d'asbeste.

Mais là, non: rien . Sans doute est-ce trop demander. Après tout, cela ne concerne jamais que, chaque jour, quelques millions d'usagers.

Encore bravo. Qui plus est dans le pays censé être celui du principe de précaution.

Les commentaires sont fermés.