Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/02/2014

Une sanction, sévère

Justice, Social, ParisC'est l'épilogue judiciaire d'un fait divers qui, à l'époque, avait provoqué une fameuse agitation, dans notre quartier Saint-Ambroise.

En octobre 2011, dans l'immeuble juste à côté de notre bureau, un chômeur avait fait irruption dans une agence Pôle Emploi, puis pris en otages deux de ses cadres. Visiblement un peu agité dans sa tête, il avait justifié son geste de manière décousue, évoquant notamment «la machine à broyer» qu'était, selon lui, l'administration gérant les chômeurs – dont les services aux usagers étaient, à l'époque déjà, notoirement perfectibles. Quelques heures plus tard, il avait fini par se rendre. Aucune effusion de sang n'avait été à déplorer. Et son arme s'était révélée factice.

Le tribunal correctionnel de Paris vient de le condamner à trois ans de prison, dont 18 mois ferme. Outre des dommages et intérêts à payer à ses deux victimes.

La prise d'otages est, évidemment, un acte très grave. Qu'on l'accomplisse avec une arme de pacotille ne change rien au traumatisme infligé aux victimes, qui, sur le moment, ignorent son caractère factice. Et il n'est pas admissible, quand on a un contentieux avec une administration, de s'en prendre physiquement à deux des représentants. Qui font juste leur travail, voire sont eux-mêmes en souffrance vu les conditions dans lesquelles ils doivent l'effectuer.

Justice, Social, ParisIl n'empêche. 18 mois ferme. Ce n'est pas rien. Alors qu'aucune goutte de sang n'a été versée. Et alors que, de facto, aucun danger réel n'a été causé à la sécurité d'autrui. On n'est d'ailleurs pas le seul à le penser. Ainsi, le parquet – institution qui, pourtant, n'a rien de laxiste – avait requis une peine nettement moindre: 3 ans de prison certes, mais assortis seulement de quatre mois ferme. Ces quatre mois étant couverts par la détention provisoire qu'a déjà effectuée le condamné, il n'aurait pas dû retourner en prison.

Et aurait donc pu, dès lundi, tenter de retrouver un travail.

Les commentaires sont fermés.