Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/03/2014

«Une forme inquiétante d'abandon»

Social, Pauvreté, Economie80% des maires de France considèrent que, ces dernières années, la pauvreté et l’exclusion se sont étendues, dans leur commune. En 2008, ils n'étaient que 51% de cet avis. Six ans plus tard, ce constat d’une progression de la pauvreté et de l'exclusion est généralisé, quelle que soit la taille de la municipalité concernée. C'est ce qu'il ressort d'un sondage TNS-Sofres publié cette semaine. Il a été réalisé pour le Secours catholique, qui lance une campagne baptisée «Ne laissons pas disparaître la fraternité». 

Plus de neuf maires sur dix (91%) considèrent qu'au cours de leur mandat, ils se sont bougés pour renforcer le lien social dans leur commune. Pour l'ONG, cela «montre que le lien social reste une priorité pour les maires, et donc que la bataille pour la fraternité n’est pas perdue».

C'est une façon positive et optimiste de voir les choses.

Il est vrai que, pour garder le moral, mieux vaut ne pas s'étendre sur deux autres constats faits (là) par l'association.

social,pauvreté,economieD'une part, la plupart du temps, les actions anti-pauvreté des maires ne sont que «ponctuelles ou ciblées», et non précédées par une réelle «analyse des besoins sociaux» locaux. D'autre part, il y a «une disparité très forte, selon les communes, dans la prise en compte des pauvretés et leur traitement». En clair? Souvent «les communes riches sont moins investies contre la précarité». Elles pratiquent «une forme inquiétante d’abandon» de la gestion des «personnes pauvres en errance»: à savoir, les pauvres qui n'ont pas d'attache géographique particulière (demandeurs d’asile, migrants, etc.). La gestion de cette exclusion-là, ces communes aisées la relèguent aux «municipalités déjà les plus en prise avec la misère».

C'est lamentable. Mais sans doute n'est-ce pas propre à la France.

Les commentaires sont fermés.