Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/03/2014

Un état très perfectible

Institutions, Justice, Paris, PatrimoineDans l'attente, au Palais de Justice de Paris, ce vendredi. Vraisemblablement pour une bonne partie de la journée, voire de la soirée – mais pas de la nuit, on l'espère. Puisque doit tomber, à une heure indéterminée, le verdict du procès du premier Rwandais jugé en France pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité. La Cour d'assises s'est retirée à 10 heures, pour délibérer.

C'est très anecdotique par rapport à l'enjeu de ce procès historique, mais ce fut néanmoins assez parlant d'aller et venir dans ce Palais de justice, tout au long des six semaines d'audiences qu'a durées ce procès. En effet, si l'on considère que l'état de ce noble bâtiment parisien est représentatif de la condition dans laquelle se trouve l'institution judiciaire française, on se rend compte qu'elle a des progrès à faire.

Certes, la vitrine est belle. Avec leurs dorures et leur marbre, elles en imposent, la cour d'honneur du Palais et les grandes galeries de l'édifice – ainsi, cette «Galerie marchande» qui fait face à l'entrée, dont l'intitulé nous a toujours fait sourire. En revanche, quand on s'éloigne un peu des lieux de passage les plus fréquentés, cela devient vite moins glorieux.

Institutions, Justice, Paris, PatrimoineDes bâtiments préfabriqués hideux, juste à côté de la vénérable Sainte Chapelle. Des murs léprosés, rongés par humidité. Des fenêtres qui sont maintenues fermées grâce à du papier inséré dans leurs vieilles jointures, pour les caler. Du matériel informatique ou de bureau (photocopieuses, etc.) et du mobilier déclassés qui traînent dans les couloirs, en attente d'un hypothétique enlèvement pour la déchetterie. Des cendriers et des poubelles qui débordent. Des machines à café ou distributeurs automatiques de boissons qui oublient de rendre la monnaie. Des vieux tags sur les murs, qu'on ne prend même plus la peine d'effacer. Des papiers gras, des cannettes et des mégots par terre, pas rarement. Des toilettes où règne parfois une odeur repoussante, et dont les portes ne ferment plus à clef depuis longtemps.

Dans l'une de ces toilettes, les murs sont maculés d'un grand tag, rageur. «PLUTOT TAGUEUR QUE PROCUREUR!», proclame-t-il, en lettres capitales. Tel un crachat envoyé à la face de l'institution: ces WC sont situés juste à côté des chambres correctionnelles où, chaque jour, sont jugés et sanctionnés les incivilités et autres petits délits urbains, dont les tags ou les graffitis.

Les commentaires sont fermés.