Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/04/2014

Un souvenir encore vivace

Personnalités, Histoire, Etrangers, Chirac Dix-huit mois plus tard, il est toujours là, sur la porte d'un immeuble de notre quartier Saint-Sébastien. Ce pochoir qu'on a déjà évoqué (là), représentant le visage de ce bon vieux Jacques Chirac. Depuis qu'il a été apposé, il a été légèrement modifié. Un(e) anonyme, passant par là, y a ajouté deux termes, très connotés en politique française: "bruit" et "odeur".

A l'attention des lecteurs les plus jeunes de ce blog, précisons que cela renvoie à un mémorable dérapage verbal qu'avait commis l'intéressé. C'était en 1991. A l'époque, il n'était pas encore considéré, comme à la présidentielle de 2002, tel un rempart républicain face au Front national. Maire de Paris, il dirigeait un RPR pur et dur, ne répugnant pas à piétiner les terres de l'extrême droite. Dans un discours, à Orléans, Jacques Chirac avait évoqué le sort du Parisien moyen habitant un HLM dans un quartier populaire, comme la Goutte d'Or. Infortuné travailleur se crevant à la tâche et gagnant peu, alors que son voisin de palier, immigré, vit grassement de prestations sociales. "Le bruit et l'odeur" de ce voisinage, ajoutés à cette cohabitation, et "il devient fou", l'honnête travailleur. C'est ce qu'avait lancé Jacques Chirac, sous les ricanements de son auditoire. "Et ce n'est pas être raciste que dire cela!", avait-il même ajouté. 

Ce fut certainement un des épisodes les moins glorieux de sa carrière. Ces deux mots, "bruit" et "odeur", ajoutés par un passant de notre onzième arrondissement sur le pochoir de son visage, témoignent que, près de vingt-cinq ans plus tard, tout le monde n'a pas oublié.

Les commentaires sont fermés.