Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/04/2014

Un éternel recommencement?

Personnalités, Luxe, HistoireLes hommes n'apprennent-ils jamais de rien? Ne tirent-ils donc jamais de leçons du passé, et de ses turpitudes? Concernant les socialistes français au pouvoir, en tout cas, on semble être en droit de se poser la question. Du moins, s'il faut en croire les accusations du site Mediapart, concernant un haut conseiller de François Hollande: Aquilino Morelle.

Outre qu'il se voit reprocher – pour ce qui concerne une époque où il n'était pas encore à l'Elysée – des conflits d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique, il est décrit comme ayant eu, depuis mai 2012, au palais présidentiel, des comportements «gauche caviar» peu compatibles avec la République irréprochable qu'avait promise François Hollande. Ainsi, entre autres caprices, il aurait régulièrement fait venir à l'Elysée... un cireur: pour lustrer ses chaussures de marque.

Si elle est avérée, cette histoire renverrait furieusement à une des affaires les plus minables qui éclaboussèrent l'entourage d'un François Mitterrand en fin de règne. Une histoire de chaussures déjà, qui contribua à la chute de Roland Dumas: ancien ministre socialiste des Affaires étrangères et président du Conseil constitutionnel. En 1991, deux paires de bottines sur mesure avaient été confectionnées à son intention, par le chausseur et maroquinier de prestige Berluti. Elles avaient été réglées (plus de 10.000 FF la paire), rubis sur l'ongle, par sa maîtresse: Christine Deviers-Joncour. Alors que celle-ci bénéficiait d'un emploi de complaisance grassement payé par le contribuable, au groupe pétrolier Elf-Aquitaine. Le scandale, à l'époque, en avait dit long sur les moeurs de certains socialistes au sommet de l'Etat, et n'avait pas peu terni l'image de la fin de l'ère Mitterrand.

Près de vingt-cinq ans plus tard, donc, à en croire Mediapart, un haut conseiller socialiste à l'Elysée se serait à nouveau fait remarquer par et pour ses chaussures de luxe. Les gens, décidément, y compris en haut lieu, n'ont pas de mémoire.

Les commentaires sont fermés.