Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/05/2014

Un îlot, de plus en plus isolé

Plus que jamais, Paris fait figure d'exception, dans le paysage électoral français. En ce lendemain de scrutin européen que le Front national a remporté haut la main.

La capitale, en effet, est la seule de toutes les grandes villes de France (à la seule exception de Rennes) où le parti de Marine Le Pen n'a pas réussi à franchir la barre symbolique des 10%. Avec 9,3% de voix (soit quelque 60.000 suffrages), le candidat frontiste achève le scrutin en cinquième position seulement, derrière même les centristes. Ce qui confirme une fois de plus la tradition selon laquelle la «Ville lumière», si sociologiquement différente du reste du pays, est un terrain électoral difficile, pour l'extrême droite.

Il n'empêche, avec ce score de 9,3%, le parti de Marine Le Pen enregistre une nouvelle progression, dans la capitale. Après des élections municipales qui, il y a deux mois, lui avaient déjà permis de doubler son résultat précédent (relire ).

De manière pas du tout anodine, les frontistes ont remporté le meilleur résultat parisien, non dans des arrondissements populaires, mais dans des quartiers très cossus, qui sont traditionnellement des fiefs de la droite. Ainsi, dans le si chic 16e arrondissement, 10,9% des électeurs ont voté FN. Dans le tout aussi aisé 7e arrondissement aussi (celui dont la maire est l'ex-ministre sarkozyste Rachida Dati), le Front a atteint les 10%. En revanche, comme d'habitude, c'est dans les quartiers bobos du centre-Est parisien que les lepénistes ont enregistré leurs moins bons scores: 6,9% dans notre 11e arrondissement, et même 6,1% seulement chez nos proches voisins du 3e: le Haut-Marais.

Les commentaires sont fermés.