Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/06/2014

Un clivage, si caricatural

Marine Le Pen plus énervée que jamais, ce matin. Au lendemain – c'est bien sûr lié – de l'annonce de l'arrestation, vendredi à Marseille, du jeune jihadiste qui fait figure de suspect n°1 de la tuerie antisémite perpétrée au Musée juif de Bruxelles, le week-end dernier. Sur une radio, la patronne du Front national a vitupéré contre la politique pénale, carcérale et antiterroriste du gouvernement, qu'elle juge à peu près digne des Bisounours. Et de réclamer notamment la création de centres de détention de haute sécurité, où seraient systématiquement enfermés tous les jihadistes avérés ou en devenir. Ce n'était pas dit, mais cela y faisait un peu penser: créer des sortes de Guantanamo, en somme.

D'un autre côté, le même matin, dans un autre média (les colonnes du journal «Le Parisien»), la ministre de la Justice, Christiane Taubira, défend sa réforme pénale. Que les députés commencent à examiner demain – dans un débat qui sera forcément incandescent. A l'inverse, la garde des Sceaux ambitionne, elle, de sortir du tout carcéral. Car, aux yeux du gouvernement, imaginer, dans certains cas, des alternatives à la prison permettra, précisément, d'éviter que des petits délinquants s'y islamisent et radicalisent. Comme ce fut le cas du tueur présumé de Bruxelles.

Le contraste entre ces deux visions des choses, si diamétralement opposées, est décidément saisissant. C'est noir ou blanc. Alors que, sans doute, l'approche idéale doit se situer quelque part dans une zone grise: nuancée, pragmatique, loin des positions de principe clivées et intangibles. Et au-delà des agitations médiatiques du moment.

Ce que l'actualité enfiévrée ne permettra probablement pas, et c'est assez dommage.

Les commentaires sont fermés.