Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/06/2014

Un refus catégorique, réaffirmé

Sports, Gouvernement, Jeunes, BanlieuesUn peu de sport, une fois n'est pas coutume dans ce blog. Puisque c'est ce jeudi que démarre la grande folie footballistique mondiale. Si la France ne se distingue pas des autres pays dans son rapport au ballon rond, elle cultive et revendique sa singularité à propos d'un autre sport. Sport certes beaucoup moins grand public que le foot, mais furieusement tendance en ce moment auprès des jeunes, des jeunes de banlieue singulièrement. Et cette spécificité, le gouvernement vient de la réaffirmer avec force, au Parlement. Elle concerne le MMA. Ou «Mixed Martial Arts».

La France a toujours interdit la tenue, sur son territoire, de compétitions de ce sport de combat spectaculaire et ultra-violent, où pratiquement tous les coups sont permis. Mardi, le secrétaire d'Etat aux Sports a été interpellé sur la question par un député partisan de la reconnaissance du MMA. Selon cet élu, «c’est à travers la réglementation, l’organisation et la fédération des encadrants que les risques de cette pratique sportive peuvent être maîtrisés», et non par une prohibition favorisant «les pratiques clandestines». Mais le ministre l'a envoyé sur les roses. «Il faut être clair: il n’est pas question de laisser se développer ces pratiques, dans notre pays», a-t-il confirmé au député. «Si le gouvernement devait légiférer, ce serait pour interdire nettement ces pratiques dégradantes et qui portent atteinte à la dignité humaine, comme le fait de combattre dans une cage ou de frapper une personne au sol, avec le coude, les poings, les pieds».

La France en restera donc à l'encadrement et à la reconnaissance de la seule version light du MMA: le combat mixte et autres «disciplines (associées) de combat combinant des percussions, des techniques de projection et des techniques d’immobilisation ou de soumission». Du coup, il perdurera, le vide juridique et réglementaire dans lequel évoluent les associations et clubs d’arts martiaux ou de sports de combat où se pratique le MMA. Et cette discipline continuera à y être enseignée par des instructeurs n'ayant pas accès au diplôme d'Etat.

Sports, Gouvernement, Jeunes, BanlieuesLe gouvernement aurait pu opter pour une autre voie: permettre à tous les jeunes qui pratiquent ce sport de s'y adonner dans un cadre structuré et sécurisé, sous l'égide d'instructeurs dûment reconnus et donc à la fois formés et respectés. Mais non, il préfère se mettre la tête dans le sable, pratiquer la politique de l'autruche.

On ne voit vraiment pas l'intérêt d'une telle approche.

Les commentaires sont fermés.