Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/10/2014

Un canular (d'un goût douteux)?

Paris, Communication, ActivismeDes jours et des jours que l'on voit son visage, placardé un peu partout dans notre onzième arrondissement. Dans certains quartiers même, son portrait est systématiquement affiché sur tous les feux de signalisation. Pas plus tard que ce matin, d'ailleurs, apercevant une nouvelle fois dans les rues les images de cette bonne bouille rieuse, on s'est pris à compatir à son sort. Mais peut-être s'est-on fait du souci pour rien.

Loïc Demarais. Présenté comme étant âgé de 25 ans et porté disparu depuis début septembre. Sur les avis de recherche qui ont été placardés dans tout Paris le concernant, destinés à retrouver sa trace, figure un numéro de portable. Selon le journal «Le Parisien» de ce matin, le portrait de ce Loïc a été affiché dans d'autres villes que Paris. Pareillement, des avis de recherche pour d'autres jeunes disparus (une Aurélie, une Olivia, une Angélique, un Julien, etc.) sont également apparus dernièrement, un peu partout dans le pays. Tous ces avis de disparition renvoient au même portable mais qui ne répond jamais, et qui serait même un faux numéro. Et pour cause: tout cela, en fait, pourrait n'être... qu'un vaste canular.

Le point commun de tous ces jeunes présumés disparus est qu'ils exercent une profession dans le monde des arts de la scène. Ainsi, l'affichette relative à Loïc Demarais précise qu'il est technicien lumières. Du coup, l'hypothèse qui circule est que ces avis de disparition en cascade émanent, en fait, de la remuante Coordination des intermittents et des précaires – les activistes qui luttent sans relâche (là) contre la dernière réforme en date du régime d'indemnisation du chômage. Les personnes présentées sur ces avis de recherche seraient fictives. La mise en scène de leur prétendue disparition viserait à sensibiliser l'opinion à la menace de disparition que la réforme du statut des intermittents ferait peser sur tous ces métiers du spectacle.

A ce stade, la Coordination dément toute initiative de la sorte. Si d'aventure elle venait à être confirmée – les autorités sont en train d'enquêter –, on serait en droit de la trouver d'assez mauvais goût. Le contexte social et économique du moment est déjà assez anxiogène et déprimant comme cela, pour en plus venir inquiéter les gens pour rien, en propageant de telles fausses nouvelles.

Les commentaires sont fermés.