Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/10/2014

Une accélération, pas flagrante

Tambours et trompettes. Jouez hautbois, résonnez musettes. Chez Manuel Valls, hier après-midi.

Quand le Premier ministre a promis monts et merveilles, après un comité interministériel consacré au «Grand Paris». Ce projet, lancé à l'époque de Nicolas Sarkozy, vise à doter la région parisienne d'un échelon de gouvernance supplémentaire: une grande métropole de quelque 8 millions d'habitants, ce qui passerait par la suppression des départements de la petite couronne. A ce stade, ce grand mécano institutionnel paraît encore assez fumeux. Le seul élément qu'en retient probablement le Parisien moyen est la promesse, à très très long terme, d'un vaste réseau de transports publics qui ferait tout le tour de la région. Et, en attendant, la perspective de nouveaux impôts.

Mais hier donc, promis juré, Manuel Valls allait concrétiser, accélérer et dynamiser tout cela. On allait «passer au temps des réalisations». Tambours et trompettes, grâce à l'annonce de «financements sans précédent» mobilisés par l'Etat, les projets allaient «maintenant sortir de terre». On allait voir ce qu'on allait voir, en somme. On n'a pas vu grand-chose, en fait.

Ainsi, en ce qui concerne le projet d'infrastructure emblématique de ce «Grand Paris». A savoir, le fameux train «CDG Express», qui doterait enfin l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle d'une liaison ferroviaire digne de ce nom avec la «Ville lumière». On en parle depuis des décennies. Hier, Manuel Valls a promis sa réalisation pour... 2023.

2023. Encore une dizaine d'années à patienter, du coup. Que serait-ce si ce projet n'avait pas, lundi, été accéléré...

Les commentaires sont fermés.