Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/10/2014

Une «mise au point», si prévisible

Langue française, Institutions, FemmesTremblez, mortels: les «Immortels» s'en mêlent. Cette semaine, «fidèle à la mission que lui assignent ses statuts depuis 1635», l'Académie française a donc pris position () dans le fameux contentieux lexical sur la question de savoir s'il est correct, ou non, de dire «Mme la présidente» (relire ici). Et cela n'a rien d'étonnant, s'agissant d'une institution ultra-conservatrice, elle s'est rangée dans le camp des opposants.

Sur la forme, «aucun texte ne donne au gouvernement le pouvoir de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français», s'énervent les «Immortels». «La langue n'est pas un outil qui se modèle au gré des désirs et des projets politiques». De son usage, «seule l’Académie française a été instituée la gardienne». Autrement dit, rompez: vils manants.

Sur le fond, «l'usage générique du masculin est une règle simple, à laquelle il ne doit pas être dérogé». Et cela doit valoir aussi bien pour les décrets, les instructions, les arrêtés et avis de concours, que pour les fonctions officielles et leur dénomination, ou les désignations honorifiques exprimant une distinction de rang. Car, «pour que la continuité des fonctions à laquelle renvoient ces appellations soit assurée par-delà la singularité des personnes, il ne faut pas que la terminologie signale l’individu qui occupe ces fonctions». Passe encore que «l’usage féminise aisément les (noms de) métiers». Mais, pour les noms de fonctions officielles et les titres correspondants, «les particularités de la personne ne doivent pas empiéter sur le caractère abstrait de la fonction dont elle est investie, mais au contraire s’effacer derrière lui». Sinon? Féminiser systématiquement, c'est risquer de «nombreuses incohérences linguistiques». «Brusquer et forcer l’usage», cela «revient à porter atteinte au génie même de la langue française et à ouvrir une période d’incertitude linguistique».

Langue française, Institutions, FemmesBigre. On n'avait pas compris que c'était aussi grave. On suppose que, devant un tel argument d'autorité, et s'il est question en plus, carrément, d'un génie qui est menacé, il n'y a plus qu'à s'incliner.

Non sans rappeler au passage, tout de même, que l'institution adressant cette «mise au point» compte, parmi ses quarante honorables membres (voir ), en tout et pour tout six femmes seulement.

Les commentaires sont fermés.