Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/10/2014

Une marotte, décidément

A chaque fois qu'une élection se profile à l'horizon, le gouvernement revient à la charge sur cette question. Tout comme il avait envisagé de le faire lors des dernières élections européennes (relire ici ou ), l'exécutif aimerait, au scrutin régional et départemental de l'an prochain, se passer d'envoyer la propagande électorale par voie postale. Cela lui ferait économiser quelque 130 millions d’euros, ce qui serait toujours ça de pris dans le contexte budgétaire actuel.

L'autre jour, à l'Assemblée, la droite UMP s'est à nouveau énervée, sur le sujet. Pour les sarkozystes, ce serait «une véritable atteinte à la démocratie, notamment pour les personnes âgées, pour nos concitoyens les plus modestes, ou pour ceux ayant des difficultés à se déplacer». Dans un pays qui est toujours marqué par une double fracture: «fracture numérique et fracture générationnelle»: «plus de 20% des Français n’ont toujours pas accès à Internet». Aux yeux de l'opposition, si l'on veut vraiment «assurer une égalité d’accès à l’information électorale», il faut impérativement que le numérique soit «utilisé en complément du papier, et non en substitution à ce dernier».

 

Interpellé, le ministre de l'Intérieur n'a pas trop fait le fier. Certes, sur le principe, il a défendu la «décision de dématérialiser la propagande électorale, par souci de modernisation et aussi – il faut le dire – d’économies». Et il a rappelé que, «dans la plupart des pays de l’Union européenne, la dématérialisation de la propagande électorale a été réalisée depuis de nombreuses années, sans que, pour autant, l’information et le taux de participation aux élections ne s’en trouvent affectés». Dans les faits, cependant, le ministre n'a pas exclu que, lors de ce scrutin à nouveau, l'on «continue à acheminer la propagande électorale par voie postale, tout en mettant en œuvre concomitamment une communication par internet. Cela permettrait d’engager une expérimentation et de tester cette mesure, en vue de sa généralisation ultérieure».

 

Au total, du coup, cette réforme pourrait bien être une nouvelle fois repoussée à plus tard. Sans que, pour autant, la droite accuse le gouvernement d'être incapable de réformer.

 

Pour une fois que majorité et opposition seraient d'accord sur quelque chose....

Les commentaires sont fermés.