Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/11/2014

Un désenchantement, un désintérêt?

Le temps passe, et tout s'efface. En mai 2012, François Hollande était «le Président des bisous», comme il s'était lui-même décrit. En novembre 2014, alors qu'il est exactement à la moitié de son quinquennat, il n'est plus que le chef d'Etat le plus impopulaire de toute la Ve République, avec à peine un Français sur dix qui lui fait encore confiance. Et, ce jeudi 6 novembre, sur cette même place de la Bastille qui, il y a trente mois, le 6 mai 2012, avait fêté sa victoire pendant toute la nuit (relire ici), les lycéens manifestent. Contre «les violences policières» selon eux à l'origine de la mort d'un jeune manifestant écologiste, il y a quinze jours dans le Tarn.

Ce soir, à la télé, l'homme de l'Elysée va tenter de rebondir. Essayer de remonter la pente, lui qui a dégringolé dans les abysses de l'impopularité – mais peut-il vraiment tomber encore plus bas? Le désenchantement populaire à son égard est tel qu'il n'est même pas assuré de faire un bon audimat. Nombre de téléspectateurs risquent bien de zapper, de ne même pas s'intéresser à ce qu'il va dire pour se justifier et pour tenter de se relancer.

Au passage, si effectivement les téléspectateurs fuient TF1, ce sera une double perte, pour la chaîne privée. Elle qui, déjà, pour laisser la place à cette soirée présidentielle spéciale, a annulé quatre coupures publicitaires avant, pendant et après l'émission. Soit une perte nette de 2 millions d'euros.

Les commentaires sont fermés.