Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/11/2014

Un geste fort, un site impressionnant

Histoire, Architecture, PatrimoineOn ne manquera pas, à l'occasion, d'aller jeter un oeil, in situ, au monument qu'a inauguré François Hollande hier, dans le cadre des cérémonies du 11 novembre. «L'Anneau de la mémoire». Il est signé par l'architecte Philippe Prost. Et est situé aux confins du Pas de Calais, à Ablain-Saint Nazaire: entre Arras, Liévin et Béthune.

Architecturalement, le geste est spectaculaire. Un immense anneau de 345 mètres de périmètre, constitué de plaques de métal hautes de trois mètres. Il s'étend sur une parcelle de deux hectares, et se déploie par moments entre ciel et terre, littéralement: suspendu dans les airs, se jouant des déclivités du terrain. Sur les flancs de cet anneau, ont été gravés les noms des quelque 579.000 soldats qui, pendant la Première guerre mondiale, sont tombés dans les régions de l'Artois et de la Flandre française.

Politiquement, le monument a pris le parti de ne pas faire de tri entre les nationalités de ces morts. «L'Anneau de la mémoire», dès lors, rend hommage également à des soldats allemands. Cette démarche réconciliatrice, trans-frontières, si elle a été couramment utilisée à l'étranger, dans nombre de monuments aux morts, est assez nouvelle s'agissant de la France.

Cet édifice, en tout cas, conférera encore plus d'intérêt et de valeur au site, plus vaste encore, qui l'accueille: la Nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette. Depuis près de cent ans, 45.000 militaires y reposent.

Histoire, Architecture, PatrimoineOn en a éprouvé la sensation chaque fois qu'on s'y est rendu: c'est un lieu vraiment impressionnant.

Par la thématique douloureuse qu'il incarne, bien sûr. Mais aussi par le silence, inouï, qui y règne.

Et par son immensité, au coeur de plaines surgies de nulle part, à longueur d'années battues par les vents. Et qui exsudent une infinie désolation, parfaitement à l'image de ce que fut cette fracture sanglante de l'Histoire.

Les commentaires sont fermés.