Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/12/2014

Un rapport très inégal

En cette période de fêtes de fin d'année où les Français, comme tous les peuples de la terre, vont manger et boire plus qu'à l'accoutumée, ces données récemment publiées, qui confirment l'inégalité du rapport à l'alcool, selon la catégorie socio-professionnelle à laquelle on appartient.

Ainsi – et c'est l'Institut de la Statistique (Insee) qui le dit (ici) – , les Français les plus modestes consomment davantage d'alcool (51 litres par an et par personne, en moyenne) que leurs concitoyens plus aisés (41 litres). Mais ils lui consacrent un budget moindre. C'est évidemment dû au type de boissons alcoolisées consommées. Ainsi, «30% des dépenses de boissons des ménages les plus aisés concernent les boissons alcoolisées les plus chères (champagne et autres apéritifs) contre seulement 13% pour les ménages les plus modestes». Tous les Français se rejoignent, cela dit, sur les boissons alcoolisées qu'ils préfèrent. «Le vin et le cidre sont le premier poste de dépenses de boissons alcoolisées, quel que soit le niveau de vie des ménages».

L'alcool est donc davantage consommé dans les foyers les plus modestes, où l'on se distingue également «par une consommation plus importante de boissons non alcoolisées (respectivement 10% des dépenses alimentaires, contre 7%)». Encore qu'il faille nuancer: ces ménages boivent moins d’eaux minérales que les consommateurs plus aisés, mais davantage de boissons sucrées (boissons gazeuses, jus de fruits, sirops).

Davantage de boissons sucrées, donc celles qui, globalement, font grossir. Et moins d'eau minérale, les boissons les meilleures pour la santé. Cela renvoie à une autre inégalité qui, elle, est depuis longtemps documentée (relire , par exemple). A savoir, le rapport inégal, en fonction de la catégorie socio-professionnelle, avec les affections liées à la malbouffe. A savoir, le surpoids, l'obésité et les maladies associées (diabète, hypertension, etc.), qui, s'il est encore nécessaire de le rappeler, touchent en premier lieu les populations les moins aisées.

Bons réveillons à toutes et tous, néanmoins. Avec ou sans modération, c'est selon.

Les commentaires sont fermés.