Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/01/2015

Une vie de quartier à l'arrêt

Paris, Police, Sécurité, TransportsLa rue Nicolas Appert toujours complètement interdite d'accès. Vingt-quatre heures après l'attentat terroriste d'hier matin, les gendarmes et policiers y sont toujours aussi nombreux, de même que la cohorte des journalistes de médias du monde entier.

Pendant la nuit, sur la façade de l'immeuble à l'angle de cette petite artère du onzième arrondissement, de grandes affiches ont été placardées. «On est tous franchement Charlie Hebdo», proclament-elles. On y voit les portraits, souriants, des journalistes de l'hebdomadaire assassinés hier. A côté, un drapeau français a été accroché à l'armature d'une poubelle. «A la liberté», est-il inscrit, sur sa hampe. A ses côtés, un sapin de Noël, des bougies et des bouquets de fleurs

Un peu partout, dans les rues adjacentes, d'identiques chapelles ardentes improvisées ont été aménagées, par les riverains.

Au kiosque à journaux le plus proche de la tuerie, le vendeur a, sur sa caisse, placardé un avis à la clientèle: «Charlie Hebdo tous vendus».

Paris, Police, Sécurité, TransportsA deux pas, l'agence Pôle Emploi a ses rideaux baissés. Un écriteau apposé sur la devanture de l'agence informe les chômeurs qu'elle est «exceptionnellement fermée, jusqu'à vendredi inclus. Réouverture le lundi 12 janvier. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée». Des impacts de balle, issus de la fusillade, sont visibles sur la façade.

En face, la crèche et son aire de jeux, d'habitude si animés à cette heure, sont complètement déserts. Pas âme qui vive non plus quelques mètres plus loin, à la piscine municipale «Cour des Lions». Et pour cause: le Plan Vigipirate, désormais à son niveau d'alerte maximal en région parisienne, interdit notamment toute sortie scolaire. Cela vaut aussi pour les cours de natation destinés aux écoliers.

Juste à côté, à l'école élémentaire précisément, un avis a été placardé à l'attention des parents d'élèves. Il informe que «les psychologues du rectorat seront présents ce matin à l'école, pour répondre aux questions des élèves sur l'attentat commis hier, dans notre quartier».

Paris, Police, Sécurité, TransportsQuartier où, c'est frappant, l'affluence est nettement moindre qu'à l'habitude. Les rues sont le plus souvent silencieuses, et assez peu fréquentées. Ce matin, une radio de grande écoute a cru bon de parler d'une «psychose collective» qui règnerait dorénavant, dans les rues de Paris.

En tout cas, ce jeudi, les habitants de la capitale française et de sa banlieue pourraient avoir fait preuve de méfiance, et en l'occurrence avoir beaucoup moins utilisé qu'à l'accoutumée les transports publics – théâtre, dans le milieu des années 1990, d'une vague d'attentats terroristes (les islamistes du GIA algérien) ayant tué une dizaine de personnes et fait des dizaines de blessés. Ce matin, en tout cas, sur le réseau routier de l'ensemble de la région parisienne, 340 kilomètres de bouchons ont été comptabilisés. C'est beaucoup plus que les 250 kilomètres de retenue que l'on dénombre habituellement: un tel jour de semaine, et dans des conditions météo similaires.

Les commentaires sont fermés.