Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/01/2015

Une atmosphère lugubre, qui perdure

Paris, Police, SécuritéRetour du journal «Libération», où s'est tenue ce matin la conférence de rédaction de «Charlie Hebdo»: pour confectionner le numéro spécial de 8 pages qui sortira mercredi, tiré à un million d'exemplaires (contre 60.000, habituellement).

La place de la République étant à deux pas, on a pu y constater que, dorénavant, elle est le cadre de rassemblements qui s'y déroulent pendant toute la journée – et non uniquement en soirée, comme on pourrait le déduire à la vue des reportages télé.

Matin, midi et soir, qu'il pleuve ou qu'il vente, des gens de tous âges ne cessent d'affluer à «Répu», et ils semblent chaque fois plus nombreux à mesure que les jours passent. Aux pieds de l'immense statue qui domine l'esplanade, ils déposent des fleurs, allument des bougies, rédigent des mots ou des dessins de soutien, prennent des photos, se recueillent en silence. L'émotion collective est vraiment palpable. L'effarement se lit sur les visages. Les larmes ne sont pas rares.

Au-delà de la place, c'est d'ailleurs de tous côtés désormais, dans notre onzième arrondissement, que des petits mausolées fleuris et illuminés s'élèvent, commémorant la tragédie de mercredi. Même à des centaines de mètres du lieu où a été perpétré l'attentat, on découvre chaque jour de nouveaux amoncellements de bouquets, de bougies, d'écrits et de dessins.

Dans les rues de Paris, on croise aussi, de plus en plus fréquemment, des gens – des jeunes, surtout – qui arborent un sweat-shirt noir, avec écrit dessus, en lettres capitales blanches, «Je suis Charlie».

Paris, Police, SécuritéLa capitale qui, depuis mercredi, de jour comme de nuit, vit au rythme d'un concert ininterrompu de sirènes de police: les forces de l'ordre sont sur les dents, et c'est particulièrement visible – audible – dans le onzième arrondissement. Cet environnement sonore achève de donner un caractère lugubre à l'atmosphère du moment.

Et cela ne va pas s'apaiser, dans les heures à venir. Puisque, depuis la mi-journée, une prise d'otages est en cours dans l'arrondissement juste à côté: dans une épicerie casher de la Porte de Vincennes.

Pénible semaine, décidément.

Les commentaires sont fermés.