Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/01/2015

Une question délicate, qu'il faudra bien se poser

Paris, Propreté, EnvironnementCela commence à un peu s'agiter, parmi les occupants de l'immeuble du boulevard Richard Lenoir où se trouve le bureau parisien de «La Libre». S'agiter, à propos de ce «mausolée» commémoratif en hommage aux victimes des attentats. On l'a déjà écrit: de jour en jour, il ne cesse de s'agrandir. A longueur de journées, des gens continuent à venir y déposer des bougies, des crayons ou des bouquets de fleurs, continuent à accrocher des mots de soutien et des dessins aux grilles de l'immeuble.

Dans la copropriété, certains commencent à trouver ce défilé continuel de quidams un peu lassant, et ce «mausolée» un peu envahissant. En temps normal, le conseil syndical n'est pas commode. Du genre à faire enlever le moindre vélo cadenassé aux grilles d'entrée de l'immeuble, sous prétexte que celles-ci sont «privées» et donc intouchables (?). Là, visiblement, il hésite sur la conduite à adopter. Délicat de décrocher d'autorité, comme de vulgaires bécanes, tous ces témoignages d'hommage relatifs à l'actualité qui a endeuillé le quartier. Le débat, parmi les co-propriétaires de l'immeuble, ne fait que commencer.

Au-delà, il va se présenter à la mairie de Paris aussi, et concerner cette fois l'ensemble du quartier.

De tous côtés de cette partie du onzième arrondissement, s'amoncellent les bouquets de fleurs. Rue Nicolas Appert ou place de la République, par exemple, ils forment déjà un monticule d'une hauteur impressionnante. Avec la pluie, les affiches en hommage à «Charlie» se décollent des murs. Avec le vent, les dessins et mots de soutien s'envolent un peu partout dans les rues. Il sera intéressant de voir le moment où la mairie va estimer que la période de deuil est terminée. Et envoyer le service de la propreté jeter à la poubelle les milliers de bouquets fanés, de drapeaux tricolores dégradés, de crayons trempés et de bougies brûlées. Quand va-t-on sortir le karsher? Faire place nette? Décider qu'il est temps de redonner au quartier sa physionomie et sa propreté originelles? Politiquement, la décision sera délicate à prendre.

Paris, Propreté, EnvironnementCe matin, en tout cas, boulevard Richard Lenoir, les balayeurs de rue prenaient bien garde de nettoyer les trottoirs et les caniveaux autour de ces «mausolées», oui, mais de ne pas toucher à ceux-ci.

Dans le même registre, le service de la mairie chargé d'effacer les tags et les grafs va bien devoir, un jour, prendre attitude sur le sort à réserver aux innombrables «Je suis Charlie» et assimilés, qui, désormais, dans notre arrondissement plus que dans tout autre, figurent sur les façades – sans parler des pochoirs, sur le bitume. Là aussi, à un moment, la mairie va bien devoir décider de procéder au grand nettoyage. Et ce faisant, si symboliquement, donner le signal qu'il est temps, pour Paris, de passer à autre chose. Quand l'osera-t-elle?

Commentaires

Le problème s'était déjà posé lors de la mort de Diana à côté du pont de l'Alma, et la mairie avait "nettoyé" les lieux sans ménagement.
La bonne solution serait sans doute de rebaptiser le square du boulevard Richard-Lenoir en square "Charlie Hebdo" et en y installant un monument commémoratif.

Écrit par : GDB | 13/01/2015

viduité [vidPite] n. f.

• 1265; lat. viduitas, de vidua « veuve » 

I¨ Dr. État de veuve, de veuf. Þ veuvage. Délai de viduité : délai (en principe de 300 jours) imposé à la femme veuve ou divorcée avant de pouvoir se remarier.

Écrit par : cp | 13/01/2015

Les commentaires sont fermés.