Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2015

Un certain relâchement

Education, Sécurité, Terrorisme, Gouvernement, Paris, BanlieuesDemain mercredi, cela fera trois semaines, jour pour jour, que débutait la vague terroriste ayant endeuillé la France, y tuant à dix-sept reprises. Ces tueries poussèrent les autorités à relever, en région parisienne, le degré d'alerte du Plan «Vigipirate». Trois semaines plus tard, ce niveau de vigilance maximal (dit «Alerte Attentat») est toujours censé être en vigueur. Dans les faits, cependant, on note un certain relâchement dans l'application des consignes de sécurité.

Ainsi, cet hiver, les écoliers de Paris et de sa banlieue pourront bel et bien... partir en classes de neige. Cela paraît anecdotique, mais cela n'allait pas de soi.

Théoriquement, en effet, Vigipirate à son échelon maximal signifie notamment l'interdiction pure et simple de toute sortie scolaire, dont les voyages de ce genre. Dès lors, si l'on suivait strictement la règle, les écoliers de Paris et de sa région ne devraient être autorisés à participer à de telles classes de neige. Le ministère de l'Education a toutefois décidé de faire une entorse au règlement. Il a permis aux académies de Paris, de Versailles et de Créteil de donner leur feu vert à l'organisation de ces voyages, moyennant l'accord des chefs d'établissements concernés.

«Vigipirate» est coordonné directement à Matignon. Dès lors, ce sont les services du Premier ministre lui-même qui ont dû donner leur aval à une telle dérogation octroyée par l'Education. Sans doute Manuel Valls et son entourage ont-ils jugé peu probable que des attentats terroristes soient commis sur les pistes enneigées tricolores – de Haute-Savoie ou d'ailleurs.

Les commentaires sont fermés.