Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2015

Une popularité, mais pas partout

C'est un fameux changement, dans un pays où il a toujours été de bon ton, dans une large part de l'opinion, de critiquer et de dénigrer les forces de l'ordre – le pays, aussi, où a été créé le slogan «CRS SS». Depuis les événements dramatiques du mois de janvier, les Français en pincent pour la police. A en croire un sondage publié hier, ils sont 84% à avoir une bonne opinion d'elle, un score en forte progression. Les policiers sont jugés courageux, défenseurs des valeurs républicaines, efficaces, motivés et respectueux. Près d'un Français sur deux encouragerait même son enfant à devenir policier.

Ces résultats sont conformes avec ce qu'on peut observer dans les rues, depuis le 7 janvier. A longueur de journées, les policiers, gendarmes et militaires qui y sont déployés ne cessent d'être félicités et encouragés, par les passants. Ces chiffres contrastent, toutefois, avec l'image donnée par l'énième gros scandale en date qui, à Paris, vient à nouveau d'éclabousser la police judiciaire.

Il n'empêche, depuis que ce sondage est sorti, commentateurs et éditorialistes – de médias de droite, surtout – ne cessent de s'extasier sur ses résultats. Ce mercredi encore, dans une matinale télé, on a entendu le terme «révolution culturelle» cité, pour caractériser cette modification du rapport entre les Français et leurs policiers.

Au risque de casser l'ambiance, signalons juste, au passage, une autre actualité qui, elle, est complètement ignorée par ces mêmes médias.

A savoir, la tenue ce samedi, à Montreuil (banlieue proche de Paris), d'une grande «Marche contre les violences policières». Elle est co-organisée par les proches du jeune Geoffrey: un lycéen de cette ville qui, en octobre 2010, alors qu'il participait au blocage de son école (dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites), s'était pris un tir de de flashball en pleine face. Il en a perdu l'usage d'un oeil. Dans leur appel à manifester, les organisateurs évoquent notamment la mort de Rémi Fraisse: le jeune écologiste qui avait péri dans le Tarn en décembre dernier, touché par une grenade offensive lancée par un gendarme mobile.

C'est évidemment un rappel qui fâche...

Les commentaires sont fermés.