Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/02/2015

Une volée de bois vert

Parlons de cette actualité survenue hier en fin de journée, puisque les médias français, eux, l'ont globalement peu évoquée. Une discrétion que l'on trouve assez malsaine, tant elle risque de donner l'image d'une omerta corporatiste.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) adresse en moyenne une quarantaine de remontrances par an aux radios et aux télés. Mais là hier, en un seul coup, il a carrément mis en demeure (ici) une vingtaine de ces médias. Une telle volée collective de bois vert, c'est sans précédent.

En cause, la manière dont ces radios et télés ont couvert l'actualité des attentats du mois de janvier. Le «gendarme de l'audiovisuel» estime que, dans le feu de l'action, elles n'ont pas peu dérapé.

Il a relevé précisément «36 manquements, dont 15 ont donné lieu à mise en garde et 21, plus graves, ont justifié des mises en demeure». Sont rappelées à l'ordre aussi bien des radios que des télés, et autant des chaînes publiques que des chaînes privées. Ce qu'elles se voient reprocher? «Manque de mesure», «maîtrise de l’antenne» très perfectible, diffusion d'«allégations inexactes», «atteinte au respect de la dignité de la personne humaine», non respect de «la nécessaire conciliation entre la sauvegarde de l’ordre public et le respect de la liberté de communication», révélation d'informations susceptibles de mettre en danger la vie d'autrui, et on en passe. En conséquence de quoi, hier, ces médias ont été mis en demeure de ne pas réitérer de tels manquements à leurs obligations.

Ils s'en tirent à bon compte. En effet, rien que s'agissant de la mise en danger de la vie d'autrui, si l'on voulait faire du juridisme étroit, les responsables de ces radios et télés pourraient être passibles de poursuites et de sanctions judiciaires – l'article 223-1 du Code pénal punissant la chose d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Encore bravo.

Commentaires

En gros, l'ordre qui règne dans les médias dans la Russie de Poutine serait le cadre parfait dont devrait s'inspirer la presse ! Décréter après coup, à un mois de distance, le règne de la vertu est une farce. Autant déclarer effective la censure dès que se produit ce genre de truc et vive la démocratie !

Écrit par : cp | 13/02/2015

Les commentaires sont fermés.