Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/02/2015

Un certain relâchement (suite)

On se détend, dans notre quartier du onzième arrondissement. On se détend, en termes sécuritaires. Six semaines après l'attentat contre "Charlie Hebdo".

Ce relâchement était déjà perceptible (relire ici ou ), ces dernières semaines. Mais là, il devient tangible y compris dans et aux abords de l'immeuble de bureau du boulevard Richard Lenoir – situé à deux pas de la tuerie –, où est établie la rédaction parisienne de "La Libre".

On l'avait écrit, à l'époque (): depuis début janvier, cet immeuble est sous étroite surveillance policière. Car certains de ses occupants sont considérés comme des cibles potentielles, pour d'éventuels actes terroristes – et cela ne concerne évidemment pas les journalistes de la presse étrangère qui y travaillent, même si n'a pas dû détendre l'atmosphère sécuritaire le fait que, au moment où la tension était à son comble, des menaces de mort, très explicites, aient été adressées à l'un d'eux. Depuis six semaines, donc, des hommes en armes étaient stationnés à longueur de journées et de nuits dans l'enceinte de cette copropriété. Un gros combi de gendarmerie stationnait en permanence devant ses entrées. Et des agents, sur les dents, faisaient les cent pas sur le trottoir du boulevard.

Mais, cette semaine, le dispositif de sécurité s'est allégé. Dans la cour de l'immeuble, les pandores sont désormais beaucoup moins visibles. Le gros combi stationné sur le boulevard a été remplacé par une petite Kangoo de la gendarmerie. Et seuls dorénavant deux ou trois agents assurent la sécurisation des entrées de l'édifice, mais ils passent moins leurs journées à scruter les allées et venues qu'à tenter de se réchauffer, dans leur minuscule véhicule.

On se détend, donc. Sans doute était-il temps.

Les commentaires sont fermés.