Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

24/08/2015

Une ambiance hélas inchangée

Retour de vacances, et donc reprise de ce blog.

C'est un constat assez lugubre que doivent faire les Français qui, comme nous, ont pris leurs congés de la fin juillet à la fin août. Si l'on peut le résumer ainsi, ils sont donc partis à la plage peu après les explosions et incendies volontaires survenus à la mi-juillet sur le site pétrochimique de LyondellBasell à Berre-l'Etang, dans les Bouches-du-Rhône. Un sinistre qui aurait pu avoir des conséquences catastrophiques, et qui n'est toujours pas élucidé. Et ces estivants sont rentrés de vacances en apprenant l'attaque perpétrée vendredi soir dans le Thalys Amsterdam-Paris. Qui aurait pu tourner au «carnage» – dixit François Hollande, ce matin – : coûter la vie à plusieurs centaines de passagers. La garde à vue de l'auteur des faits se poursuit, et peut durer jusqu'à demain mardi.

C'est donc peu dire que, pause estivale ou pas, le climat d'alerte et de menace terroristes demeure intact et toujours aussi pesant, plus de sept mois après les tueries de janvier.

Mais, par ailleurs, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, demeure tout autant en France une certaine atmosphère sécuritaire qu'on ne serait pas loin de qualifier d'indolente. Et qui, sur le terrain, tranche fameusement avec les assurances données en boucle par les dirigeants, selon lesquelles la mobilisation et la vigilance maximales sont plus que jamais de mises.

Par exemple, hier après-midi, à la gare de Paris-Montparnasse – où, pendant toute la journée, ont afflué des dizaines de milliers de voyageurs revenant de vacances – , on n'a pas aperçu ni croisé le moindre militaire, gendarme ou policier en faction ou en patrouille. Pas un seul. Même constat l'autre jour en gare de Paris-Nord. A la descente d'un Thalys où, là non plus, pas la moindre mesure particulière et visible de sécurité n'était notable.

Quant aux braves gendarmes qui, depuis le 7 janvier, sont affectés à la sécurisation de notre immeuble de bureau du boulevard Richard Lenoir, au centre de ce onzième arrondissement parisien si endeuillé par les attentats de janvier, ils donnent l'impression de passer désormais le plus clair de leurs temps avachis dans leur fourgon, à pianoter en bâillant sur leur smartphone.

Commentaires

Le taré du Thalys est venu d'Espagne, via la Belgique; c'est à Bruxelles qu'on aurait dû l'empêcher de monter dans un train avec des armes de guerre...

Écrit par : cp | 24/08/2015

Les commentaires sont fermés.