Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2015

Une première, mine de rien

Gouvernement, Femmes, Institutions, PersonnalitésNe pas achever la semaine sans le signaler. En catimini, la France vient de franchir une étape symbolique vers l'égalité hommes-femmes. Du moins, elle a franchi un cap dans l'affichage politique de cette égalité – ce qui n'est pas la même chose, en termes de portée.

Cela s'est produit mercredi, à la faveur du remplacement du précédent ministre de l'Emploi et du Travail, François Rebsamen. C'est une femme qui lui a succédé: Myriam El Khomri, ex-secrétaire d'Etat, ayant bénéficié d'une promotion éclair, qui a surpris tout le monde – vu son jeune âge, son inexpérience ministérielle, et le fait que, jusqu'à présent, elle ne passait pas particulièrement pour une experte de ces matières sociales.

Il n'empêche, désormais, chaque mercredi matin, dans le salon de l'Elysée où se réunit le Conseil des ministres, on comptera autour de la table davantage de femmes que d'hommes. Neuf ministres féminins, pour huit ministres masculins.

Jamais auparavant un tel cas de figure ne s'était présenté. Jamais dans aucun gouvernement de la Ve République (ni, a fortiori, dans ceux des Républiques précédentes), les hommes n'avaient ainsi été en minorité. Certes, si l'on prend en compte également les secrétaires d'Etat (qui ne participent pas au Conseil), le gouvernement Valls 2 est toujours majoritairement masculin, mais de peu: 17 hommes, pour 16 femmes.

Une première, donc. Même si, bien sûr, en cette matière comme dans d'autres, la quantité (= le nombre de ces éminences) compte sans doute moins que la qualité (leurs talents et compétences éventuels).

Les commentaires sont fermés.