Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/09/2015

Un air du temps

Etrangers, Immigration, MédiasL'opinion française (ou, du moins, une partie de cette opinion) est-elle en train d'évoluer, sur la question des réfugiés et des migrations? Ce blog se posait la question hier, et, visiblement, c'est aussi le sujet principal d'interrogation dans les rédactions – les médias donnant même l'impression de sentir le vent dominant tourner.

Ainsi, ils accroissent leur couverture du sujet, puisqu'il semble passionner les foules. Exemple parmi d'autres: hier soir, l'édition spéciale que «Le Téléphone sonne», sur France Inter, a consacrée à cette thématique a battu tous ses records d'appels. Plus de 1500 auditeurs souhaitant prendre la parole à l'antenne ont téléphoné à la station.

La radio Europe 1, elle, depuis ce week-end, relaie auprès de son public les nombreuses initiatives qui ont fleuri ces derniers jours, en faveur des réfugiés. Elle répercute, par exemple, les appels à dons ou à bénévoles qui sont lancés par les associations.

Pourquoi pas. Juste, habituellement, sur cette même radio, éditorialement profilée très à droite – ce qui est parfaitement son droit –, se succèdent à l'antenne les chroniqueurs et éditorialistes qui, l'un après l'autre, maugréent contre la «pensée unique» de la politique «compassionnelle». Fustigent à longueur de journées «l'angélisme», en matière migratoire singulièrement. Dans la droite ligne des dénonciations du «droit-de-l'hommisme» qui firent les grandes heures des années Sarkozy.

Donc, avant que, par hypothèse, l'opinion française dans son ensemble évolue sur cette thématique des réfugiés, les médias de ce pays, déjà, se mettent à l'air du temps. Non sans, parfois, un certain opportunisme.

Commentaires

Notons que les donneurs de leçons qui nous imposent la récupération immédiate de ces malheureux en parlent comme une génération spontanée sans origine. Jamais on ne rappelle que tout cela découle de l’horreur islamiste. Jadis on ne craignait pas de désigner les calamités nazie ou communiste qui faisaient fuir les victimes. Aujourd’hui la France supposée comme trop pusillanime est désignée comme quasi coupable unique du malheur, les tortionnaires, les violeurs, étant soigneusement oubliés au titre de causeurs de catastrophes…

Écrit par : cp | 08/09/2015

Les commentaires sont fermés.