Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/09/2015

Un effort à relativiser

François Hollande l'avait promis à Angela Merkel, ce week-end. Puis il l'annonça officiellement, lundi. Ce mercredi, arrivent en France les premiers convois de réfugiés syriens et irakiens, en provenance de Munich. Quelque 24.000 devraient suivre dans les deux ans à venir, fuyant comme eux les persécutions au Moyen-Orient.

Si rien, bien sûr, n'est jamais totalement comparable, a fortiori d'une époque à l'autre, rappeler l'Histoire permet parfois d'éclairer le présent. Donc quelques chiffres. A l'attention particulière des personnalités et des partis qui s'épouvantent que l'Hexagone prenne une telle part dans l'accueil de cette «déferlante migratoire».

Dans les années 70, la France accueillit 120.000 à 130.000 "boat people", fuyant le Vietnam, le Cambodge et le Laos. Cinquante ans plus tôt, déjà, elle avait donné refuge à 120.000 Arméniens, rescapés du génocide. Et, à la fin des années 30 à nouveau, elle fut une terre d'asile. Franco ayant remporté la guerre civile espagnole, ce ne sont pas moins de 500.000 républicains qui, en quelques semaines, trouvèrent le salut en franchissant les Pyrénées. A cette occasion, certains départements français durent gérer un nombre de réfugiés qui était plus important que celui de leur propre population.

Des précédents historiques existent, donc. Certes, il ne se passèrent pas tous bien – comme l'a utilement rappelé un confrère, en début de semaine (voir ici). Mais ils permettent de relativiser l'ampleur de l'effort que la France va devoir accomplir, ces deux prochaines années.

 

PS: Effort qui, cela dit, dans son aspect financier, sera en (petite) partie pris en charge. Les europhobes de droite et d'extrême droite se gardent bien de le signaler, mais la France, pour chaque réfugié qu'elle accueillera sur son territoire, recevra une subvention de 6000€, versée par l'Union européenne.

Commentaires

On a accueilli des gens de religions non conquérantes et paisibles, non prosélytes. Comparaison n'est pas raison. Peut-être fait-on rentrer sous les vivats du lobby médiatique vivant hors sol, loin des ghettos, les Koouachi, les Mérah, les Coulibaly, les Nemmouche de demain...

Écrit par : cp | 09/09/2015

Les commentaires sont fermés.