Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/10/2015

Une double incompréhension

Paris, TerrorismeDix jours. Dix jours que ce graffiti fait terriblement mal aux habitants de notre quartier Saint-Sabin, dans le onzième arrondissement parisien. «La vie est belle! Et la mort est douce», proclame-t-il. Rien que de très banal, oui mais...

Mais ce tag a été apposé à l'angle de la rue Nicolas Appert. Soit à quelques mètres à peine de l'immeuble de l'ancienne rédaction de "Charlie Hebdo", où a eu lieu la tuerie de janvier ayant coûté la vie à une dizaine de personnes. A deux pas, aussi, de l'endroit où ce policier de la brigade à vélo du commissariat du 11e a été abattu comme un chien.

Du coup, double incompréhension.

La première, relative au profil de l'auteur de ce graffiti. De deux choses l'une. Soit il ignorait la proximité du lieu de ces attentats, et, dans ce cas, franchement, c'est à se demander sur quelle planète certains vivent, parfois. Soit il était parfaitement au courant de la chose. Auquel cas, célébrer la mort dans un tel lieu relève, au choix, de l'apologie du terrorisme ou de la psychiatrie.

La seconde interrogation: pourquoi donc les services de la propreté de la mairie de Paris tardent-ils tant à effacer cette inscription murale? Alors qu'ils sont si prompts à recouvrir les tags, œuvres de street art, pochoirs et autres, apposés parfois y compris sur des murs situés à quelques mètres de là?

11:56 Publié dans Dans la rue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, terrorisme

Les commentaires sont fermés.