Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/11/2015

Un silence, glacé

Paris, Terrorisme

Plusieurs dizaines de mètres des boulevards Voltaire et Richard Lenoir, tout autour du Bataclan, sont désormais transformés en grands "mausolées": en lieux de recueillement et d'hommage aux victimes des attentats de vendredi. Pendant tout le week-end, déjà, le défilé des gens y avait été ininterrompu. En ce lundi, premier jour de semaine après les tueries, il se poursuit. Les trottoirs, les chaussées, les grilles de squares, le bitume sont recouverts d'un impressionnant tapis de fleurs, de dessins et mots d'hommage, et de bougies.

«Même pas peur», proclame l'affiche qui est la plus visible, sur la grande statue trônant au milieu de la place de la République. «Ils ne passeront pas». «Nous sommes la République, nous sommes la liberté». «La vie continue». «La esperanza». «Larme de Paris». «Nous sommes des Résistants». Quelques graffitis, messages, panneaux ou autocollants qu'on a pu voir sur cette place, en fin de matinée.

Une foule immense y a convergé, à l'approche de midi : l'heure qui avait été fixée pour que, dans tout le pays, une minute de silence soit respectée. Des milliers d'anonymes, mais... pas le moindre policier, gendarme, CRS ou militaire en vue, pas un seul – il y a décidément des choses qu'on ne comprendra jamais, dans ce pays.

La foule rassemblée a commencé à faire silence deux minutes avant midi. Les bruits de la circulation environnante n'ont pas couvert les sanglots des participants. Le mutisme a duré bien plus d'une minute. Jusqu'à ce qu'un quidam lance une salve d'applaudissements, reprise ensuite par les gens. Mais brièvement, sans chaleur particulière, bien plus dans la tristesse que dans la ferveur. Puis, une "Marseillaise" fut entonnée par quelques jeunes filles. Une partie de l'assistance a suivi, mais, là aussi, sans beaucoup d'âme.

Longtemps après ce moment, les gens ont tardé à se disperser. Beaucoup, visiblement, ne voulaient ou ne pouvaient bouger. Comme éternellement figés.

14:01 Publié dans Dans la rue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, terrorisme

Les commentaires sont fermés.