Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/11/2015

Une «très grande demande d'aide»

Depuis hier, dans notre quartier du 11e arrondissement de Paris – le quartier, donc, de Charlie Hebdo et du Bataclan... – , nombre de commerçants affichent, bien en évidence, une note émanant de la mairie d'arrondissement. Elle donne tous les renseignements et coordonnées des initiatives prises pour venir en aide psychologique aux victimes des attentats, aux rescapés, et à tous les riverains traumatisés par cette violence inouïe, qui a ensanglanté leur cadre de vie quotidien.

Dès les premières heures qui ont suivi les tueries, la mairie du 11e a mis en place une cellule de soutien psychologique. Elle ne désemplit pas. Les médecins et psychologues qui la composent donnent chaque jour plus de 200 consultations. Il y a «une très grande demande d'aide et de soutien, de la part de personnes en état de stress post-traumatique», selon le maire du 11e, François Vauglin. Qui, comme en janvier (relire ici), gère la crise avec efficacité et humanité.

Cette demande d'assistance dépasse d'ailleurs largement les limites de l'arrondissement. C'est toute la ville qui paraît sous le choc, comme en témoigne ce qui se passe, depuis trois jours, au 3975.

C'est le numéro du central téléphonique de la mairie de Paris. D'habitude, les gens le composent pour des renseignements très basiques: comment se débarrasser de déchets encombrants, quelle horaire d'ouverture pour tel ou tel service municipal, etc. Mais là, les standardistes sont inondés d'appels de détresse. Emanant de Parisiens traumatisés par les événements, qui ont besoin de verbaliser leur angoisse, leur colère ou leur chagrin.

C'est au point que l'Hôtel de Ville a dû mobiliser en urgence une vingtaine de professionnels de l'assistance psychologique. Dorénavant, ce sont eux qui, à côté des standardistes ordinaires, gèrent tous les appels de ce type, adressés au 3975.

Les commentaires sont fermés.