Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/11/2015

Un lieu désormais éclipsé

Paris, TerrorismeDes milliers de bouquets de fleurs – au moins – à l'angle des boulevards Voltaire et Richard Lenoir: à proximité du Bataclan. Mais pas un seul à quelques mètres de là, rue Nicolas Appert. Où était située la rédaction de "Charlie Hebdo" avant la tuerie qui, en janvier, l'a décimée.

On s'était dit que, peut-être, le carnage de vendredi et les témoignages d'hommage qu'il a suscités dans le quartier – et bien au-delà – allaient peut-être aussi ramener les foules rue Appert, pour s'y recueillir à la mémoire des victimes des attentats d'il y a dix mois. Mais non. Rien. Tout au long de cette semaine, on n'a croisé personne en ces lieux qui, pourtant, en janvier et ensuite pendant de longs mois, avaient vu les foules émues affluer, venues du monde entier.

On ne dirait pas qu'une émotion chasse l'autre, parce qu'on reste là dans le même registre. Mais, du moins, force est de constater qu'un lieu symbolique a complètement éclipsé un autre (*). Sans doute les gens trouvent-ils désormais hors-sujet de manifester physiquement, in situ, rue Appert, leur souvenir des tragédies de janvier, même si ce souvenir est certainement toujours intact. C'est parfaitement leur droit.

Un jour de cette semaine, tout de même, un quidam est venu apposer un petit écriteau, sur la plaque de la rue de l'ex-rédaction de "Charlie Hebdo". «On n'a pas de chance, Charlie, ça recommence».

 

(*) Mais ce n'est pas valable partout: on peut noter que la place de la République, elle, au-delà des mois qui passent, demeure un endroit immuable d'expression de l'émotion populaire

12:30 Publié dans Dans la rue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, terrorisme

Les commentaires sont fermés.