Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/11/2015

Une source d'inspiration inépuisable

 Paris, Terrorisme, Arts, CultureCela avait déjà été le cas après les attentats de janvier, et cela ne manque évidemment pas de se reproduire dix mois plus tard. Les murs et le macadam de Paris sont submergés de tags, graffitis et autres créations de street art se référant aux tueries du 13 novembre. C'est bien sûr particulièrement le cas dans notre quartier du onzième arrondissement, entre Charlie Hebdo et le Bataclan. Et on peut constater que, comme il y a dix mois, les agents de la propreté de la mairie ne font pas trop de zèle pour effacer rapidement ces témoignages, eux qui sont d'habitude si prompts à les recouvrir de peinture fraîche. Sans doute ont-ils reçu des recommandations de tolérance/bienveillance.

Une des figures qu'on a le plus vues, dans le quartier et ailleurs, s'inspire du "Baiser de l’Hôtel de ville", la photo sans doute la plus célèbre de Robert Doisneau, accompagnée ici des slogans «Même pas peur» ou «Même pas mal». Mais les thématiques développées par ces artistes de rue sont vraiment très diverses. L'intervention la plus visible est l'immense «Fluctuat Nec Mergitur», en lettres capitales blanches sur fond noir, apposé notamment sur une palissade de la place de la République. La devise latine de la capitale française – la cité qui flotte et ne sombre jamais –, prenant tout son sens dans un contexte aussi dramatique.

Sur les réseaux sociaux, un hashtag spécial #sprayforparis a même été créé (voir par exemple ici ou ). Il est devenu le point de ralliement de tous ces anonymes ou artistes reconnus, qui veulent faire partager leur expression relative à cette sinistre actualité.

paris,terrorisme,arts,cultureLe mouvement semble gagner y compris un terrain qui est d'habitude peu propice à l'expression artistique: la campagne électorale pour les élections régionales de la première quinzaine de décembre.

Ainsi, à partir de ce mercredi, le Parti pirate et ses mouvements associés au sein de la liste alternative FLUO (relire ) mettent leurs panneaux électoraux à la disposition des artistes. Panneaux «tels des pages blanches», qui «offrent une place à l'expression libre, à l'heure où celle-ci est de plus en plus refrénée par l'état d'urgence». C'est le photographe et plasticien francais Joachim Romain qui, cet après-midi, lancera le mouvement.

Les commentaires sont fermés.