Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

06/01/2016

Une page à tourner

Reprise de ce blog, et donc retour dans le onzième arrondissement de Paris. Où l'atmosphère est toujours aussi lourde, en ces jours où l'on commémore les attentats de la première semaine de janvier 2015: à Charlie Hebdo, à Montrouge et à l'hypercasher de la Porte de Vincennes.

Les autorités ont veillé à ne pas trop en faire hier, pour le début des cérémonies commémoratives. Les médias ont été tenus à distance, lors du dévoilement des plaques mémorielles apposées sur les lieux des tueries. Aucun discours n'a été prononcé par François Hollande ou la maire de Paris. Le silence et le recueillement avec les familles et proches des victimes ont été privilégiés. Bien.

Pour autant, des habitants de notre quartier Saint-Sabin/Saint Sébastien (le quartier de Charlie – et du Bataclan...) ont grimacé. «C'est avant qu'il fallait nous protéger! Maintenant, c'est trop tard!», a lancé, ainsi, une riveraine en apercevant François Hollande, boulevard Richard Lenoir. Allusion à son allocution radiotélévisée du 31 décembre, dans laquelle il a promis de «protéger» les Français. «On n'en peut plus de ces cérémonies et hommages qui n'en finissent pas! On veut reprendre une vie normale!», a-t-on également entendu, crié par un automobiliste coincé dans les embouteillages. Car, si la préfecture de police a tenté de réduire au minimum les embarras causés aux riverains par ces cérémonies, le quartier a néanmoins une nouvelle fois été entièrement bouclé, pendant une bonne heure. Et plus que jamais quadrillé par les policiers et les militaires.

Tourner la page. C'est visiblement le souhait majoritaire des habitants de cette partie du onzième arrondissement qui a été doublement endeuillée, l'an dernier: en janvier d'abord, puis par les attentats du 13 novembre. Tourner la page, mais évidemment ne pas oublier, et tirer les leçons qui s'imposent.

Laisser les gens, bien sûr, venir exprimer leur douleur et rendre hommage aux morts. Mais ne plus avoir l'impression de vivre au quotidien dans le décor macabre d'un immense mémorial à ciel ouvert. Sujet, en plus, au "tourisme catastrophe" – le nombre de selfies qu'on a vu se faire devant le Bataclan, ces huit dernières semaines...

La mairie de Paris a bien perçu ce sentiment. Pour preuve, dès la fin décembre, elle a commencé à faire le ménage (*) dans les fleurs, bougies, photos, dessins et écrits amoncelés devant les lieux des tueries. En revanche, après les attentats de janvier, elle avait attendu plusieurs mois avant d'oser ce faire.

 

(*) La mairie a fait place nette, mais de manière respectueuse: tous ces hommages seront nettoyés, triés et conservés aux archives municipales, pour la postérité.

12:05 Publié dans Dans la rue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, terrorisme

Les commentaires sont fermés.