Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/01/2016

«Une égalité de traitement» réclamée

Paris, Terrorisme, InternationalPuisque la France a beaucoup parlé de terrorisme tout au long de la semaine dernière, signaler que celle-ci s'est achevée par la tentative de plusieurs milliers de manifestants, hier à Paris, de remettre un dossier en haut de l'agenda. Alors que, depuis trois ans, il ne progresse pas.

L'assassinat en plein Paris, rue La Fayette (dixième arrondissement), de trois militantes kurdes, le 9 janvier 2013. Parmi elles, Sakine Cansiz, une des fondatrices du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui était réfugiée politique en France après avoir été emprisonnée pendant onze ans en Turquie. Le tueur présumé (qui nie) est un Turc proche des milieux ultranationalistes et de l'extrême droite des "Loups gris". Il a été renvoyé devant les assises. Ses commanditaires n'ont pu être identifiés. Selon le parquet de Paris, «de nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT (les services de renseignement turcs) dans l’instigation et la préparation de ces assassinats» – services dirigés par un proche du Président Erdogan.

«Non à l’impunité des crimes politiques!». C'est ce qu'ont scandé hier entre 7000 et 10000 manifestants, venus de toute l'Europe. Et particulièrement déterminés: pendant une bonne partie de l'après-midi, leur sono, poussée à fond, a fait un vacarme considérable, dans tout le quartier Bastille. La manifestation, tendue, a même failli dégénérer: un CRS, tentant de s'interposer dans une rixe, s'est senti menacé et a tiré plusieurs coups de feu en l'air (sans faire de blessés), pour se dégager.

Le cortège a dénoncé l'«absence de volonté des autorités turques et françaises de faire la lumière» sur cet attentat. C'est jugé d'autant plus indigne que ce triple assassinat «a été commis dans le même esprit que ceux de Charlie et, plus récemment, ceux du 13 novembre à Paris: comment ne pas faire le lien entre ces massacres quand on voit la complicité de la Turquie avec Daesh?». Les proches des trois femmes réclament (, par exemple) «l’égalité de traitement avec les autres familles des victimes des actes terroristes».

paris,terrorisme,internationalIls souhaitent particulièrement que cette égalité soit symboliquement actée par une invitation à rencontrer François Hollande, à l'Elysée.

Que l'on sache, hier dimanche, qui était le jour anniversaire de ce triple assassinat, le chef de l'Etat n'a pas donné suite à leur requête – lui qui a pourtant passé une partie de sa journée avec des victimes d'attentats: ceux de janvier et novembre derniers.

Les commentaires sont fermés.