Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/01/2016

Une baisse continue

Le froid freinant la dispersion des polluants, un épisode de pollution atmosphérique est en cours ce mercredi, à Paris. Et ce sera sans doute encore le cas demain jeudi. A nouveau cette satanée pollution par les particules fines PM10. Alors que, hasard de l'actualité, les députés viennent de voter (voir ) la proposition de loi prévoyant l'automaticité du déclenchement de mesures d’urgence, en cas de pics de pollution.

Ces particules fines sont dues notamment – mais pas seulement – à la pollution automobile. C'est donc l'occasion d'évoquer cette étude parue il y a quelques jours et qui a fait beaucoup parler d'elle, dans la capitale française. Et pour cause: elle confirme une évolution majeure, concernant les modes de déplacement qui y ont cours.

En 2014 (la dernière année étudiée), la circulation automobile dans Paris intra-muros a encore baissé de 4%, par rapport à l'année précédente. Il se confirme donc, plus que jamais, que le trafic automobile est en chute libre, dans la "Ville lumière". On le constate depuis 2001. Au total, ces quinze dernières années, ce trafic y a été réduit de 30%  ce qui n'est tout de même pas rien.

Cela dit, avec une vitesse moyenne de circulation qui, sur les grands axes de la capitale, est limitée à 15,2 km/h seulement, on comprend un peu que les automobilistes rechignent à prendre le volant – quand ils ont la possibilité d'opter pour un autre mode de déplacement.

Cette baisse du trafic automobile se répercute sur les chiffres de l'accidentologie. Le nombre d'accidents de la route déplorés dans la capitale est en légère baisse (-2%). Ce qui fait tout de même encore plus de quinze accidents de la route chaque jour, dans Paris.

Commentaires

Doit-on se satisfaire des signes évidents d'un déclin économique et du chômage qui s'installe définitivement ? Seule la bourgeoisie bohême qui déporte sa pollution en banlieue peut se satisfaire de cette régression qui conduit à moins polluer. Bientôt Paris sera une grande maison de retraite pour rupins et un musée pour les oisifs cosmopolites.

Écrit par : cp | 20/01/2016

Les commentaires sont fermés.