Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/01/2016

«Une initiative déplacée»

Ne pas partir en week-end sans faire écho à ce qui a sans doute été l'info parisienne la plus improbable de la semaine. La "Ville lumière" va bientôt accueillir... une course automobile.

Un Grand Prix, non de Formule 1, mais de Formule E: son équivalent pour les voitures électriques. Ce sera le 23 avril. Une vingtaine de monoplaces rivaliseront en faisant des boucles à plus de 200 km/h autour de l'Esplanade des Invalides, sur un circuit de deux kilomètres. Des tribunes pouvant accueillir 15 000 personnes seront construites spécialement pour l'occasion. Jamais depuis la Libération (le Grand Prix Automobile de Paris, au Bois de Boulogne en 1945), un tel événement n'avait été organisé dans la capitale française.

Le patron de la Fédération internationale de l'automobile, Jean Todt, ne se tient plus: «C'est un rêve d'un demi-siècle qui se réalise», et ce sera «notre meilleur ambassadeur pour montrer le développement de la technologie». Dans la foulée, la maire de Paris, Anne Hidalgo, est sûre que la compétition «va permettre de donner un bon coup d'accélérateur à la mobilité électrique». Mais tout le monde n'est pas aussi enthousiaste.

Les élus Verts de la capitale font la grimace. Et, hier, ils ont été relayés () par les associations d'usagers des transports publics, du vélo, etc., qui y voient «une initiative déplacée». A leurs yeux, «cette promotion inattendue et consternante de la vitesse (230 km/h annoncés!), sous prétexte d’écologie, est perverse: on sait que la vitesse est la cause principale des accidents routiers. Elle est totalement contradictoire avec la volonté affirmée par ailleurs d’apaiser Paris, d’y réduire la place de la voiture, d’y encourager la marche et l’usage du vélo par la généralisation des zones 30. Bien loin d’être "un signal fort adressé au monde", cette initiative est nocive pour l’image internationale de Paris: imagine-t-on un tel rodéo à Copenhague ou Amsterdam, villes où la voiture a été remise à sa juste place sans être exclue, et où le bien-être des habitants est une priorité des élus?».

La seule consolation des opposants à cette initiative est acoustique. Au moins, les bolides qui participeront à la compétition seront-ils entièrement silencieux, loin du raffut assourdissant qui est celui des compétitions de Formule 1.

Sans doute est-ce déjà cela.

Les commentaires sont fermés.