Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/02/2016

Un menu pas trop ragoûtant

Et de deux. Après, la semaine dernière, une étude ayant montré que la France a finalement assez peu tiré de leçons du mémorable scandale des "lasagnes à la viande de cheval", une autre enquête est rendue publique en ce début de semaine. Et elle ne donnera pas forcément envie aux Parisiens d'aller au resto.

On compte quelque 13.600 restaurants dans la "Ville lumière". Or, s'il faut en croire les résultats des contrôles qu'une association de consommateurs a recensés dans 1.500 de ces établissements pendant six mois, l'an dernier, seuls 34% peuvent s'enorgueillir d''un «bon» niveau global d’hygiène. Un peu plus de la moitié n'ont qu'un niveau «acceptable». Et 8% un niveau «à améliorer». «Dans l’ensemble des arrondissements à l’exception du 7e, moins de la moitié des restaurants ont obtenu le niveau d’hygiène bon, ce qui représente une situation non-satisfaisante, voire préoccupante». Quant aux consommateurs qui, dans ces conditions, décideraient de privilégier des établissements servant plutôt tel type de cuisine ou tel autre, ce serait en pure perte. En effet, «il ne semble pas exister de critères qui permettraient de se méfier d’un type de restaurants plus que d’un autre». Puisque «les restaurants les plus mal notés d’un point de vue de l'hygiène sont de tous types: cuisine française, italienne, asiatique, restauration rapide, etc».

De manière plus générale, dans le pays de la bonne bouffe qu'est la France, la restauration commerciale est le premier lieu (39%) où les toxi-infections alimentaires collectives sont contractées, devant la restauration collective (33%) et le domicile (28%). Les agents pathogènes les plus fréquemment impliqués sont le staphylocoque ou la salmonelle. En 2013, 1.346 foyers d'infections de ce type ont été déclarés. Ils ont affecté 10.602 personnes. Parmi lesquelles 643 ont dû être hospitalisées, et deux ont trouvé la mort.

Les commentaires sont fermés.