Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/02/2015

Un pataquès, divertissant

Gouvernement, Communication, Parlement, EconomieGros bug de com', décidément, commis hier par le cabinet du ministre Emmanuel Macron. Si par extraordinaire vous n'en aviez pas entendu parler – l'affaire a fait beaucoup jaser, pendant toute la journée.

Au moment même où, à l'Assemblée nationale, Manuel Valls constatait qu'il n'avait pas de majorité pour voter la grande loi de son ministre de l'Economie, le cabinet de celui-ci envoyait un communiqué de presse à toutes les rédactions, communiqué... se félicitant du vote de ce texte. «Emmanuel Macron salue la qualité et l’intensité du travail parlementaire qui a permis l’adoption du projet de loi», se réjouissait-il.

Ce cocorico si prématuré, factuellement erroné, et politiquement très déplacé est parvenu vers 10h50, dans les boîtes électroniques des journalistes. Il a tout de même fallu plus d'1/2 heure pour que, à Bercy, quelqu'un se rende compte de la bévue, et corrige le tir. Un communiqué «RECTIFICATIF» est parvenu vers 11h30 aux rédactions.

On imagine l'énervement du ministre, l'engueulade qu'il a dû prendre de la part du chef du gouvernement, et, par conséquent, le savon monumental qui été passé à la petite main qui, au service de com' de Bercy, a malencontreusement envoyé cette communication ministérielle intempestive à tous les médias de France.

Tous nos remerciements à l'intéressé(e), néanmoins. Pour ce pataquès de com' qui fut l'unique moment de divertissement d'une journée très laborieuse.

09/02/2015

Une campagne qui tombe mal

Sportifs de haut niveau, comédiens, personnalités du monde de la mode, vedettes du show-bizz en tout genre: de nombreux people français figurent dans la liste des évadés fiscaux qu'ont mise au jour, hier soir, les révélations sur le scandale «SwissLeaks» – le gigantesque mécanisme international de fraude fiscale, au départ de la filiale suisse de la banque HSBC. Parmi ces stars hexagonales ayant succombé aux sirènes de l'évasion fiscale, une qui tombe particulièrement mal: Gad Elmaleh, le comédien et humoriste, par ailleurs si en cour en principauté de Monaco.

Soit donc le même homme qu'on voit, depuis des mois, dans des spots de pub en faveur... d'une banque française: LCL-Crédit lyonnais. Des spots sur le thème de la banque rêvée, de la banque idéale, etc.

Gad Elmaleh aurait, depuis, régularisé sa situation envers le fisc. Grand bien lui fasse. Il n'empêche, on est curieux de voir si, maintenant que «SwissLeaks» a jeté son nom en pâture à l'opinion, ces spots de pub vont continuer à tourner, à la télé ou au ciné. Ou si, au contraire, LCL va préférer mettre discrètement la campagne en veilleuse. A fortiori que cet établissement lui-même, vu le si sulfureux passé qui est le sien, a, pareillement, pas mal de choses à se faire pardonner, en matière d'éthique et de moralité.

06/02/2015

Un indicateur éclairant

Economie, Social, Logement, Paris23,5. C'est le chiffre de la semaine, à Paris. Soit le nombre d'années qu'il faut au salarié parisien moyen pour devenir propriétaire d'un appartement de 75 m², dans la capitale.

En 1984, en revanche, il était possible d'y acquérir un bien d'une même surface en économisant pendant, non 23 ans, mais 13 ans seulement. Ces dix années de différence sont un bon indicateur de l'ampleur de la perte de pouvoir d'achat immobilier qu'ont subie les habitants de la «Ville lumière», ces trente dernières années. D'autant que le salaire net moyen, entre-temps, a bien sûr augmenté. En 1984, il se montait à l'équivalent de 7€ de l'heure et 12.000€ annuels. En 2014, on en est à 16€ et 26.000€, respectivement.

Rien d'étonnant, dès lors, à ce que les ménages aux revenus moyens aient de plus en plus de difficultés à acheter de quoi se loger, dans la capitale. «L’opération n’est plus envisageable pour un primo-accédant, à moins de gagner remarquablement bien sa vie», souligne l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir, à l'origine de l'étude qui révèle ces données.

On est sans doute prié de se consoler de cette situation en constatant que, en 2014 par rapport à 1984, la part de salaire moyen nécessaire à l'achat de certains produits et services a, elle, diminué – réduction toutefois très théorique, vu que ce même salaire s'est accru, dans le même laps de temps. Ainsi, une bouteille d'huile d'arachide vaut désormais 14 minutes de travail, contre 18 en 1984. Une raquette de tennis, 6 heures au lieu de 15. Et un réfrigérateur, 6 jours et non plus 14.

C'est merveilleux.

02/02/2015

Un business florissant

Gouvernement, Gastronomie, Economie, International, Personnalités, FabiusCe lundi, c'est carrément lors d'une cérémonie au ministère des Affaires étrangères que sont décernées les récompenses gastronomiques annuelles du Guide Michelin. Que les salons lambrissés du quai d'Orsay servent de cadre, si officiel, à une telle manifestation, c'est une première. Mais elle n'est pas si étonnante que cela.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en effet, n'a que les mots «diplomatie économique» à la bouche. Il s'est transformé en super-représentant de commerce de l'Hexagone. Or, la gastronomie et tout ce qui y est lié, en amont et en aval, c'est évidemment un atout de taille, pour le tourisme et le commerce extérieur tricolores. Comme s'en gargarise le quai d'Orsay, «avec190 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013 et 12.000 entreprises (dont 98% de PME de moins de 250 salariés), l'agriculture et l'agroalimentaire constituent un secteur économique majeur, à l'origine du deuxième excédent de notre balance commerciale après l'aéronautique. Trois secteurs – les vins et spiritueux, les céréales et les produits laitiers – constituent 38% du total des exportations» françaises.

A la mi-janvier, d'ailleurs, en pleine semaine qui avait suivi les attentats de Paris – donc alors que le pays et sa classe politique se trouvaient dans un état d'agitation considérable –, Laurent Fabius s'était éclipsé un moment, histoire de s'offrir une petite pause gastronomique. Malgré le contexte ultra-tendu, il n'avait pas bouleversé son agenda et, comme il était prévu, était allé rehausser de sa présence une réunion... du «Club de la table française», à Paris. Cette escapade culinaire ministérielle était passée largement inaperçue des médias, pourtant elle était assez éclairante: quelles que soient les circonstances – et, en l'occurrence ici, même les plus tragiques –, le business ne s'arrête jamais.

26/01/2015

Un impact, là aussi

Comme toujours en janvier, les grandes institutions culturelles parisiennes font leurs comptes: publient leurs chiffres de fréquentation pour l'année écoulée. Et 2014 fut visiblement une bonne année pour la culture, dans la «Ville lumière».

Ainsi, à la Fondation Cartier pour l'Art contemporain, la rétrospective consacrée au sculpteur Ron Mueck, dont les créations sont spectaculaires, il est vrai (voir ), a attiré plus d'un million de visiteurs. Le Muséum d’Histoire naturelle, lui, affiche carrément «3 618 936 billets vendus». Un succès dû à la réouverture du Zoo de Paris (1,5 million de visiteurs en huit mois), mais aussi à la rénovation de la Grande Galerie de l'Evolution (), en l'honneur de ses vingt ans. Du côté des musées dépendant de la Ville de Paris, ils revendiquent eux aussi (ici) plus de 3 millions de visiteurs. Et, à Beaubourg, l'on s'attend à ce que l'expo Jef Koons connaisse une affluence d'une ampleur historique, dépassant même les succès phénoménaux remportés jadis, à Pompidou, par les rétrospectives Dali (840 000 visiteurs), Matisse (735 000), et Soulages (500 000).

2015 sera-t-elle une aussi bonne année que 2014, en matière de fréquentation des grandes institutions culturelles parisiennes? Pas sûr. En effet, ce secteur, lui aussi, souffre de l'impact de l'actualité terroriste de la première quinzaine de janvier – on n'en sort décidément jamais.

Ainsi, depuis le début du mois, la fréquentation des musées de la Ville de Paris a chuté de 38%, par rapport à la même période de 2014. Un repli «très naturel», selon la directrice de l'établissement public des musées de la capitale: «Les gens n'avaient pas la tête à la culture. Ils essayaient de comprendre (l'actualité), ils étaient en détresse».

A voir si le grand public va revenir dès les prochaines semaines dans les musées de la capitale. Ou si la chute de fréquentation sera plus longue, ce qui se répercuterait sur leurs chiffres pour l'ensemble de l'année 2015.

 

21/01/2015

Un impact saisissant

Paris, Economie, Tourisme, SécuritéRéunion de crise, ce mercredi, des instances en charge du tourisme à Paris. Et pour cause. C'était très prévisible, mais cela n'en reste pas moins saisissant dans son ampleur: les attentats de début janvier ont fait dégringoler la fréquentation touristique internationale, dans la capitale.

Le week-end dernier encore, la fréquentation hôtelière y a été 10% inférieure à celle de la même période de 2014. La chute du chiffre d'affaires du secteur est plus spectaculaire encore, depuis deux semaines. Certains jours, elle dépasse les 25%. La tendance à la baisse ou à l'annulation des réservations a été constatée dès le 8 janvier, au lendemain de l'attentat contre «Charlie Hebdo». Et ce, en dépit de l'avis que l'Office du tourisme de Paris a mis sur son site web, assurant les internautes et les candidats au voyage qu'elle était «mobilisée plus que jamais pour la sécurité des Parisiens et de ses visiteurs».

Selon les observateurs du secteur (ici, par exemple), cette chute «est globalement plus sensible dans l’hôtellerie haut de gamme, fréquentée par une clientèle internationale plus sensible aux événements géopolitiques». Ce créneau pourrait même souffrir plus durablement de la crise. En effet, la clientèle moyen-orientale, très importante dans l'hôtellerie de grand luxe (palaces, etc.) pourrait être sensible notamment au climat anti-français croissant dans le monde arabe, à la suite de la publication par «Charlie» des caricatures du Mahomet.

Paris, Economie, Tourisme, SécuritéLes professionnels du tourisme parisien espèrent toutefois pouvoir garder le moral, à la lumière des enseignements que, dans le passé, à l'étranger, on a pu tirer d'une identique actualité dramatique.

Ainsi, les attentats de masse à Londres et à Madrid avaient, pareillement, fait s'effondrer la fréquentation touristique. Mais le mouvement ne s'était pas non plus éternisé, et les choses étaient rentrées dans l'ordre après quelques mois.

Le problème est que, à Paris pour l'instant, le tourisme n'est pas le seul secteur économique qui est touché de plein fouet par l'impact des attentats. Dans la plupart des boutiques et des grands magasins de la capitale, les quinze premiers jours de la période des soldes ont été catastrophiques. Et même le secteur du divertissement peine, visiblement – la semaine dernière encore, les salles de cinéma de la «Ville lumière» ont pâti d'une fréquentation en baisse de 50%.

22/12/2014

Une vache sacrée

Economie, Tourisme, Gouvernement, EducationUne note de saison, pour bien entamer la semaine – puisque c'est celle du début des vacances scolaires. Pour remarquer que, plus que jamais, le secteur touristique est décidément la vache sacrée par excellence, dans cette France qui, pourtant, se pique de réformer à tout va.

C'était déjà très patent depuis que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est devenu aussi le ministre du Tourisme. Lui qui n'a que les mots «diplomatie économique» à la bouche semble avoir désormais pour préoccupation première le sort des pauvres touristes chinois privés de shopping le dimanche à Paris, les boutiques Chanel y étant fermées ce jour-là. Mais le veau d'or touristique s'impose visiblement dans l'Education aussi. Ainsi, l'autre soir, à la télévision – et hier soir encore, sur une radio – , la ministre Najat Vallaud-Belkacem a fait comme si elle avait complètement oublié la promesse d'un de ses prédécesseurs, Vincent Peillon, de réformer dès 2015 le calendrier des vacances scolaires d'été. Et, en l'occurrence, de raccourcir un peu ces vacances, tous les experts s'accordant pour juger leur longueur inadaptée aux rythmes scolaires des enfants.

Mais voilà, cela fait bien vingt ans qu'aucun gouvernement n'ose s'attaquer à ce dossier. Apeuré à l'idée de se prendre les récriminations à la fois des hôteliers et des restaurateurs, des plagistes et des campings, des chemins de fer et des compagnies aériennes, des locations de vacances ou des festivals culturels. Sans oublier le lobby des associations familiales. Et les protestations de tous les offices départementaux et régionaux du tourisme que compte l'Hexagone.

Cette frilosité, s'agissant de ce dossier, gagne d'ailleurs y compris les Vallsistes purs et durs, censés pourtant grands réformateurs devant l'éternel. Pour preuve, l'autre jour, au Parlement, le sénateur Luc Carvounas, très proche du Premier ministre, y est allé de gémissements plaintifs. Il s'est ému des «craintes légitimes» que ce sujet «délicat» et «très  sensible» suscite chez les professionnels de l’industrie du tourisme. «Il ne faut pas opposer les uns aux autres de manière démagogique», a-t-il plaidé, prônant que l'amélioration des temps scolaires des élèves se fasse «sans pénaliser la première industrie de France». Le gouvernement l'a vite rassuré, précisant avoir parfaitement «entendu les interrogations et inquiétudes des professionnels du tourisme».

Economie, Tourisme, Gouvernement, EducationL'exécutif, dès lors, va veiller à «chercher l’équilibre entre le bien-être des élèves, l’organisation de la vie familiale, et certains impératifs économiques et sociaux». Certes, officiellement, c'est toujours «l'intérêt des élèves» qui le «guide prioritairement». Car «l’école doit privilégier l’intérêt des enfants sur celui des adultes», et cela passe notamment par «une bonne adaptation du calendrier scolaire aux besoins de repos des élèves». Dans les faits, cependant, pour ménager la vache sacrée touristique, une fois encore rien ne sera fait en la matière, d'ici à l'été.

Encore bravo.

19/12/2014

Un oubli malencontreux

Puisqu'on évoquait hier Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie n'a pas trop fait le fier, cette semaine au Parlement. Lors de son audition consacrée à son fameux projet de loi libéralisant le travail de nuit et du dimanche. Il a dû convenir, assez penaud, d'avoir commis «une erreur».

En effet, l'étude d'impact accompagnant sa loi – pourtant volumineuse: elle compte plusieurs centaines de pages – est muette sur un point. On n'y trouve pas le moindre mot relatif à l'impact de cette loi sur les femmes. Or, bien plus que les hommes, elles sont les premières concernées par ce travail dominical que le gouvernement entend développer. «Rien, c'est carrément le néant!», s'est énervée la députée PS présidant la Délégation aux droits des femmes: la commission qui a pour mission d’informer, et au besoin d'alerter, le Parlement sur l'impact de la politique gouvernementale sur les droits des femmes et l’égalité hommes-femmes. «J'en suis surprise, voire fâchée!», a-t-elle lancé sans ménagement au ministre.

Cette omission est d'autant plus incompréhensible qu'en France – mais cela doit être le cas aussi dans d'autres pays –, 56% des salariés travaillant le dimanche sont des femmes. Dans les zones urbaines sensibles, une jeune femme sur cinq travaille le septième jour. Et le secteur économique du commerce, premier concerné par la Loi Macron, emploie du personnel qui est très majoritairement féminin.

Le ministre a dit ses regrets et présenté ses excuses pour cet oubli malencontreux. Il a promis de le corriger dans les plus brefs délais.

Cela paraît la moindre des choses.

18/12/2014

Une légèreté confondante

Social, Economie, International, Consommation, Gouvernement, Macron Ce serait un comble, mais, visiblement, on ne peut pas l'exclure. La France s'apprête à déréguler le travail du dimanche, notamment pour concurrencer les multinationales de l'e-commerce comme Amazon, qui réalisent un gros chiffre d'affaires dans l'Hexagone le septième jour, mais, grâce à de savants mécanismes d'optimisation fiscale, paient peu ou pas d'impôts dans ce pays. Tant qu'à faire, juge le gouvernement, mieux vaut que les Français adeptes du shopping du dimanche aillent dépenser dans des grands magasins pas virtuels qui, eux, sont fiscalement plus civiques. Pourquoi pas, sur le principe économique. Sauf que, dans les faits, cette libéralisation du travail dominical pourrait bénéficier à des grands magasins qui, comme leurs concurrents sur le net, usent et abusent de l'optimisation fiscale.

Pour preuve, la réponse à une question qui, hier à l'Assemblée nationale, a été posée au ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, par la députée de Paris Sandrine Mazetier (PS). «Avez-vous au moins la certitude que les propriétaires du Printemps Haussmann, eux, paient bien des impôts en France?». Question pas idiote. Le fameux grand magasin du Boulevard Haussmann est désormais la propriété du Qatar (*). L'an dernier, il a été racheté par un fonds d'investissements basé au Luxembourg, une coquille vide mystérieuse voire opaque, derrière laquelle on trouve probablement l'émir en personne, le cheik al-Thani, et/ou son clan.

La réponse du ministre a été d'une légèreté confondante. Sourire en coin, il a balayé l'interrogation d'un revers de la main. «Concernant le Printemps Haussmann, n'ayant pas les dernières informations, je me garderais de tenir des propos enregistrés, qui pourraient me retomber dessus. Je prends note de votre point et l'indiquerai à Christian Eckert et Michel Sapin», les ministres du Budget et des Finances.

Social, Economie, International, Consommation, Gouvernement, Macron On croit rêver. Emmanuel Macron ignore donc – puisqu'on ne va pas lui faire le procès d'intention de la dissimulation – quel est le régime fiscal du groupe Printemps et de son vaisseau-amiral, le Printemps Haussmann.

Certes, un ministre de l'Economie ne doit pas forcément être au courant de tout. Mais là, tout de même. Le groupe Printemps, ce sont 16 grands magasins, 3400 employés, et un chiffre d'affaires de plus d'1,5 milliard d'euros. Et le Printemps Haussmann, ce sont 40.000 visiteurs par jour – le double, pendant la période des fêtes de fin d'année. Ce n'est donc pas l'épicerie du coin, dont les affaires n'ont pas d'intérêt pour les gouvernants.

Encore bravo.

 

(*) Le Qatar qui, au passage, depuis l'ère Sarkozy, bénéficie en France d'une convention fiscale particulière, l'exonérant de tout impôt sur les plus-values immobilières.

10/12/2014

Une vigueur matinale

Personnalités, Social, Economie, GastronomieL'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, dit l'adage. Nicolas Sarkozy l'avait recyclé en boucle, quand il était à l'Elysée. Il y célébrait à longueur de journées «la France qui se lève tôt». Par opposition subliminale (à peine) aux chômeurs paressant au lit en d'interminables grasses matinées, sûrs de pouvoir bénéficier de «l'assistanat» si généreusement dispensé par l'Etat.

Le «patron des patrons», Pierre Gattaz, doit être fan de Nicolas Sarkozy. Puisque, ce matin, il a annoncé que, vendredi, il se lèverait à l'aube carrément. Ce jour-là, en effet, le président du Medef, première organisation d'employeurs française, va visiter le marché matinal de Rungis, en banlieue parisienne. C'est le plus grand marché de gros au monde. Et, de l'avis du syndicat patronal, le commerce de gros est vraiment une «filière d’excellence»: «Qualité et diversité des produits, TPE et PME travaillant ensemble, forte exposition internationale... autant d’atouts à valoriser et qui montrent que notre pays à tout pour réussir».

Concrètement, le «patron des patrons» débarquera dès 5h00 du matin au «Secteur de la Marée». Puis, il enchaînera avec le «Secteur des produits carnés». Au «Pavillon de la triperie», «une démonstration de découpe de tête de veau» est d'ores et déjà prévue. Viendront ensuite le «Pavillon de la volaille et du gibier», puis les aires du marché qui sont dévolues aux produits laitiers et avicoles, aux fruits et légumes, et enfin à l'horticulture, aux fleurs coupées et à la décoration.

Personnalités, Social, Economie, GastronomieLe Medef a fixé rendez-vous à la presse à... 3h45 tapantes, pour couvrir cette visite. La viande n'étant pas du tout notre fort en général et encore moins la triperie, a fortiori au saut du lit, on hésite quelque peu à s'accréditer.

Mais on est très impressionné par la vigueur et l'appétit matinaux de ce si vénérable héraut de «la France qui se lève tôt».

21/10/2014

Un paysage complètement chamboulé

Saisissant enchaînement fortuit de circonstances.

La mort cette nuit – qui plus est dans des circonstances si rocambolesques – de Christophe de Margerie, qui était à la tête de l'empire pétrolier mondial que constitue le groupe Total. Quelques heures plus tôt, l'annonce inopinée de la démission, pour raisons de santé, de Luc Oursel: le grand patron du géant nucléaire français Areva. Il y a quelques jours, l'officialisation que ne serait pas reconduit dans ses fonctions l'électricien Henri Proglio, PDG d'EDF. Et son cousin gazier GDF Suez qui commence à s'agiter à propos de l'âpre succession à venir de son n°1, Gérard Mestrallet.

Subitement, en quelques jours à peine, c'est donc l'ensemble de la haute hiérarchie du paysage énergétique français qui se retrouve complètement bouleversée.

20/10/2014

Un inventaire à la Prévert

Demain mardi, les députés voteront la partie recettes du projet de budget 2015. Parmi toutes les recettes qui, l'an prochain, iront à l'Etat, ne figureront plus quelques impôts supprimés car jugés pas rentables: le coût de leur collecte était plus élevé que ce qu'ils rapportaient à l'Etat.

Ces prélèvements bientôt défunts sont un véritable inventaire à la Prévert. Ainsi, une taxe sur les trottoirs et les pavages. Elle date... de 1845. Et permet aux autorités municipales procédant à des travaux d'aménagement de demander aux riverains d'y participer financièrement. Cet impôt n'est plus appliqué que dans une trentaine des 36.000 communes de France, et ne rapporte que 600.000 euros par an. Autre fiscalité dont les jours sont comptés: une cotisation de solidarité sur les graines oléagineuses. Depuis 1969, elle frappe les producteurs de colza et de tournesol. Ou une taxe sur les appareils automatiques, flippers, bornes d'arcade et machines à sous (une vignette de 5 euros par appareil). Ou encore une taxe pour la gestion des eaux pluviales urbaines, et une redevance prélevée auprès des titulaires de concessions de stockage souterrain d'hydrocarbures.

Au total, la suppression de ces taxes à «rendement nul ou faible» mais à «coûts de gestion élevés», dixit le gouvernement, représentera un manque à gagner de 29 millions d'euros, pour l'Etat. A comparer aux 292 milliards d'euros de recettes qu'il a budgétés pour 2015. Ce n'est donc qu'une goutte d'eau dans la mer des finances publiques. Et la supprimer est considéré comme nécessaire pour «simplifier le droit et rationaliser la législation fiscale».

Il y a encore du pain sur la planche, en la matière. Selon l'Inspection des finances, existent en France 192 taxes inefficaces ou peu rentables. Parmi elles, 179 ont un rendement inférieur à 100 millions d'euros, contre 3 seulement en Allemagne et aucune au Royaume-Uni.

16/10/2014

Une cible immuable, si facile

Les autorités européennes: une cible décidément classique, confortable et immuable, pour les responsables politiques français. On l'a encore vu hier. Jour où Paris a remis à Bruxelles son projet de budget 2015, qui risque bien de se prendre quelques réprimandes pour cause de réduction insuffisante des déficits publics.

Ainsi, la députée socialiste Valérie Rabault – pas n'importe qui dans le domaine, puisqu'elle est la rapporteure générale du budget – a évoqué d'une manière un rien dénigrante l'examen comptable européen auquel la France va devoir se soumettre, ces deux prochains mois. «Bruxelles va nous juger sur un indicateur un peu techno, avec des méthodes mathématiques un peu compliquées», a-t-elle ironisé. Cela rappelait furieusement des propos mémorables de Jean-Pierre Raffarin, en 2003. Quand il était Premier ministre (UMP) et quand la France, déjà, ne respectait pas ses engagements budgétaires européens. A l'époque, il avait réduit ces impératifs à «des équations de bureaux comptables».

2003-2014. D'une décennie à l'autre et d'une famille politique à l'autre, donc, pas grand-chose ne change à Paris, dans les discours à propos de Bruxelles.

Et, bien sûr, ni le Parti socialiste aujourd'hui, ni la droite hier ne rappellent que ces fameux engagements budgétaires européens que l'Hexagone critique et viole si fréquemment, c'est lui-même qui les a souscrits, en toute liberté et connaissance de cause.

 

PS:Ce qui n'empêche évidemment que, sur le fond, on peut parfaitement penser ce qu'on veut des politiques menées au niveau européen, et singulièrement de ce dogme de la réduction, à marche forcée, des déficits publics.

02/10/2014

Une si magnanime bienveillance

Puisqu'on parlait hier du secteur de la grande distribution, la distinction «Enseigne préférée» des Français vient d'être attribuée, concernant l'année 2014. Pour élaborer ce palmarès des «Enseignes de l'année», 6000 consommateurs ont été interrogés. Ils ont été invités à se prononcer sur l'attractivité d'une centaine d'enseignes, en prenant en compte des critères comme les prix de vente, le service et le choix disponible dans les magasins, etc. Le lauréat pour l'année 2014 est Picard. Le n°1 français du surgelé – plus de 900 magasins dans l'Hexagone – détrône la filiale française du géant américain de la vente en ligne Amazon. En 2010 et en 2011 déjà, Picard avait occupé la première place de ce classement.

On ne ne permettra pas de railler la mémoire courte du consommateur français moyen. Puisqu'il n'a sans doute pas oublié la retentissante affaire des lasagnes supposément de boeuf, mais qui étaient en fait à base de viande de cheval. En 2013, cette vaste fraude alimentaire avait fait grand bruit, en France comme dans nombre de pays européens On remarquera donc juste que ce consommateur est visiblement aussi magnanime que bienveillant. Lui qui, un an après, semble avoir déjà totalement pardonné à une des enseignes qui, à l'époque, avaient été éclaboussées par le scandale – on se souvient bien des écriteaux penauds qui étaient alors affichés dans tous les magasins Picard, se confondant en excuses d'avoir dû retirer des rayons de tels produits alimentaires, aussi improbables mais ayant échappé à tous les contrôles y compris dans une maison se disant pourtant très soucieuse de la qualité de ses produits.

01/10/2014

Un sens de l'à-propos

Santé, Social, Economie, Publicité, TélévisionBien joué, bien vu. Hier, pendant toute la journée, tous les médias ont évoqué la grande journée de protestation des professions réglementées contre le projet de réforme les concernant, et notamment la «Journée portes closes» des pharmaciens, qui s'opposent entre autres à la vente de médicaments (sans ordonnance) en grandes surfaces. Après avoir pris note de cette actualité, les Français sont rentrés chez eux, ont allumé leur poste de télé, et... ont pu assister à la contre-offensive du groupe Leclerc.

Ce géant de la distribution (100.000 salariés et 650 magasins dans l'Hexagone) s'est livré à un véritable matraquage publicitaire. Pendant toute la soirée, sur toutes les chaînes de télé, le même spot a été diffusé. Il met en scène un couple, Madame revenant d'avoir fait les courses chez Leclerc, et Monsieur lui demandant si elle a bien pensé à y acheter ses médicaments (des patchs à la nicotine, notamment). Elle répond que non, parce que l'enseigne n'a toujours pas reçu l'autorisation d'en vendre. Pourtant, ce faisant, le consommateur pourrait «se soigner moins cher», pourtant un docteur en pharmacie ayant fait 6 ans d'études est à la tête de chacune des parapharmacies Leclerc, etc., etc. Slogan final: dans cette France qui persiste à octroyer aux pharmaciens le monopole de la vente des médocs, «on marche sur la tête!»

Il y aurait pas mal de choses à dire sur le fond de ce message publicitaire, qui se décline aussi sous forme de pétition (). Mais, sur la forme, force est de reconnaître qu'il est assez efficace. Et avoir relancé cette campagne hier précisément – et si massivement – , témoigne d'un réel sens de l'à-propos. Ou comment tenter de contrebalancer, dans la tête de dizaines de millions de téléspectateurs, tous les discours en sens inverse qu'ils ont, pendant toute la journée, lus, vus et entendus dans tous les médias, à propos de la journée d'action des pharmaciens.

Santé, Social, Economie, Publicité, TélévisionVu le tarif des spots de pub en soirée, cela dit, cette contre-offensive a dû coûter très cher. On imagine que Leclerc veillera bien à ne pas répercuter le coût de cette campagne sur les prix de vente qu'il pratique dans ses supermarchés. Sinon, pour le coup, avec ses 45 milliards d'euros de chiffre d'affaires, on marcherait vraiment sur la tête.

09/09/2014

Une «expérience unique»

Cela se passe aujourd'hui et demain mercredi. Une douzaine de chefs d'entreprise effectuent une stage d'«immersion militaire», au Centre national d'entraînement commando des forces armées. Pendant deux jours, ces grands patrons vont être «placés en milieux exigeants et difficiles», et «mis en situation de dépassement de soi», se réjouit le ministère de la Défense. Objectif de l'opération? «Tester leur gestion du stress, leur résilience face à l’épreuve, leur esprit d’équipe, et leur capacité à exprimer leur leadership dans un univers méconnu». Est notamment prévu un vol en avion de chasse Alpha Jet: «expérience unique», qui «leur permettra de mettre à l’épreuve leur concentration, leur compréhension rapide de la situation et leur capacité de prise de décision». A terme, leur sera également proposé un séjour en immersion sur le porte-avions Charles de Gaulle.

Si l'on considère le monde des affaires comme un terrain de guerre et la gestion d'une entreprise comme un combat, une telle initiative, baptisée «Parcours Défense-Entrepreneurs», se défend.

Une autre optique aurait pu être que, vu les relations si souvent conflictuelles régnant dans le monde du travail – a fortiori par ces temps de crise –, ce n'est pas tant d'un stage paracommando, plein de testostérone et de kaki, dont les entrepreneurs ont besoin. Mais... de cours de yoga, d'ateliers de relaxation, et de séminaires de résolution des conflits. Histoire de détendre un peu, voire de pacifier, l'atmosphère.

04/09/2014

Une excellente affaire, probablement

Personnalités, Littérature, Economie100.000€? 250.000? 400.000? Ils sont multiples et contradictoires, les échos circulant sur le montant de l'à valoir qu'a touché Valérie Trierweiler, en guise d'avance sur les recettes de son fameux bouquin. De même, plusieurs chiffres sont cités, concernant le pourcentage du produit des ventes qui lui reviendra, au titre de droits d'auteur. L'éditeur et l'intéressée ne communiquant pas – ce qui est parfaitement leur droit – on en est réduit aux supputations. Malgré leur inévitable lot d'imprécision, elles permettent de déduire que ce coup littéraire sera probablement une excellente affaire financière, pour son auteure.

Le livre est vendu 20€. Il a été tiré à 200.000 exemplaires. Certes, rien ne dit qu'il s'en vendra autant: l'an dernier, le bouquin de Cecilia Attias ex-Sarkozy ne dépassa pas les 55.000 exemplaires vendus. Habituellement, n'importe quel quidam négociant un contrat avec un éditeur doit se contenter de droits situés sous la barre des 10% du produit des ventes, avec, souvent, une gradation à mesure que celles-ci augmentent. Par exemple: 6% des recettes pour les 10.000 premiers exemplaires vendus, 7% de 10.000 à 20.000, 8% au dessus des 20.000, et ainsi de suite. Selon les chiffres circulant, l'ex de François Hollande, elle, a négocié des droits dépassant largement les 10%, voire atteignant les 15%.

Dès lors, si l'on s'en tient à la fourchette basse, 100.000 exemplaires vendus et des droits à 10%, à raison de 20€ le livre, cela lui rapporterait 200.000€. Ce qui n'est tout de même pas rien.

Du coup, ceci (l'appât du gain) explique-t-il cela (le bouquin)? On vous laisse juges.

27/05/2014

Un grand train de vie

Elections présidentielles, Justice, Economie, Sarkozy, Gastronomie Les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 auraient donc été truqués, et pas qu'un peu. Le but de la manoeuvre? Eviter que ces dépenses électorales n'explosent trop, au risque de dépasser le plafond légal des dépenses maximales autorisées (22 millions d'euros, concernant chacun des deux participants au second tour). Certaines de ces dépenses auraient donc été payées, non sur le budget de campagne du candidat, mais par son parti: l'UMP. Qui, pour ce faire, aurait commis pour une dizaine de millions d'euros de fausses facturations.

Hier soir, dans une mémorable confession télévisée (ici), le directeur adjoint de la campagne du candidat Sarkozy, et en même temps bras droit du patron (démissionnaire) de l'UMP, Jean-François Copé, a personnellement confirmé l'existence d'un tel mécanisme. Et l'a justifié par «les dérives» des dépenses électorales sarkozystes de 2012. En substance, elles partaient tant en vrille qu'il fallait absolument trouver une solution comptable – fût-ce illégale – pour les ramener artificiellement à la baisse.

Le candidat Sarkozy a-t-il donc été exagérément dispendieux, il y a deux ans? A-t-il jeté l'argent par les fenêtres, lors de sa campagne élyséenne? En tout cas, on se souvient qu'à l'époque, on avait été frappé combien cette campagne menait grand train de vie.

Elections présidentielles, Justice, Economie, Sarkozy, Gastronomie Pour ne prendre que ce seul exemple – pas forcément représentatif de l'ensemble –, c'était saisissant pour tout ce qui concernait les dépenses relatives aux réceptions, aux traiteurs, à l'intendance, etc. On l'avait raconté dans ce blog, à l'époque (relire ): côté Sarkozy, c'était petits fours, miniardises et mets fins alors que, côté Hollande, c'était beaucoup plus frugal.

Si le restant du budget de sa campagne a été dépensé à l'avenant, l'ex-Président a du souci à se faire. Et on n'a pas fini d'entendre parler de cette affaire.

21/05/2014

Une «reprise mitigée»

Paris, Economie, Emploi, Social, TourismeL'autre jour, dans ce blog, on écrivait combien les bons chiffres de la fréquentation touristique à Paris étaient importants, s'agissant d'un secteur économique vital pour la «Ville lumière». C'est ce que met également en lumière la dernière note de conjoncture que l'Insee (Institut français de la statistique) a publiée hier, consacrée à l'emploi à Paris et dans sa banlieue. A sa lecture, on perçoit combien ces chiffres corrects de la fréquentation touristique sont une bonne nouvelle, tant les derniers mois de 2013 n'avaient pas été folichons. Ainsi, «entre juillet et décembre 2013, les nuitées ont diminué de 0,6% par rapport à l’an passé. L’activité pâtit de la forte diminution de la fréquentation hôtelière de la clientèle française (-9,1% en un an sur la période de juillet à décembre 2013), qui n’est pas entièrement compensée par la fréquentation plus importante de la clientèle étrangère (+6,3%)».

Malgré cette fréquentation hôtelière «en demi-teinte fin 2013», «le secteur de l’hébergement (touristique) et de la restauration reste dynamique (1700 emplois supplémentaires, soit +0,6% en un an)». Cela tombe d'autant mieux que, dans nombre de secteurs de l'économie parisienne, cela patine. Dans le commerce, l'emploi «se stabilise», guère plus. Dans la construction neuve, «l’activité est orientée à la baisse». Dans l'industrie, «l'emploi continue de reculer» (61.000 postes perdus ces six dernières années).

Au total, à la fin 2013 et tous secteurs confondus, l’emploi n'a progressé que de 0,3%, dans la capitale. Logiquement, «la progression du nombre de demandeurs d’emploi n’a que faiblement ralenti», les chiffres du nombre de demandeurs d'emploi parisiens (875.000) dépassant même «les niveaux record enregistrés au cours des quinze dernières années». Ce qui place le taux de chômage parisien à 8,6%, en diminution trimestrielle très infime (-0,1). Conclusion? La capitale ne bénéficie que d'une «reprise mitigée» de son économie.

Et il n'est pas sûr que les Parisiens s'en consoleront en apprenant qu'en province, la situation de l'emploi est encore moins enviable (il y a régressé de 0,4%), et/ou que le taux de chômage en France métropolitaine dans son ensemble (9,8%) est encore plus élevé qu'à Paris.

15/05/2014

Un trésor, précieux

Paris, Economie, Tourisme, International, BelgiqueC'est le chiffre de la semaine. 29,3 millions. Soit le nombre de touristes que Paris a accueillis, en 2013. Parmi eux, 12,1 millions de visiteurs étrangers. Dont, pour l'anecdote, 281.300 Belges, en recul (-5%) par rapport à 2012. Selon l'office du tourisme de la capitale française, qui vient de publier ces données, cela confirme que la «Ville lumière» demeure bel et bien la première destination touristique mondiale. Il y a quelques mois, la question avait agité la campagne électorale pour les municipales (relire ici).

Alors, on est le premier à avoir toujours trouvé un peu agaçant, voire puéril, que Paris insiste sans cesse, aussi lourdement, et sur un ton aussi cocardier, sur son leadership mondial, sur le plan touristique. Mais, si cette ville est obligée en permanence d'en faire autant, en la matière – et notamment en termes de communication –, c'est parce que le tourisme est un secteur absolument vital, pour l'économie locale. Cette attractivité touristique mondiale et l'énorme manne financière qui en découle sont un trésor précieux, que la ville doit veiller en permanence à entretenir.

En guise d'illustration, ce chiffre, qui est généralement peu connu à l'étranger, mais que les Parisiens, eux, et au premier chef leurs élus, ne perdent jamais de vue: dans la capitale française, un emploi sur six – ce qui n'est pas rien, a fortiori en cette période de crise – dépend directement du tourisme. En d'autres termes, l'attractivité touristique mondiale de Paris viendrait à baisser, des dizaines de milliers d'emplois seraient directement menacés. Et probablement davantage encore d'emplois indirects.