Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2012

Une stupéfiante différence de traitement

Médias, Télévision Journalisme Stupéfaction à la vue d’un sujet du 20 Heures de TF1, mardi soir. Un sujet à propos de la minute de silence qui a été observée le matin même dans toutes les écoles de France, en hommage aux quatre personnes assassinées lundi dans une école juive de Toulouse.

 

Après des plans montrant cette minute de silence, tournés dans différentes écoles du pays, le sujet donnait la parole à quelques-uns des élèves qu’on venait de voir. Les enfants des écoles publiques apparaissaient naturellement à l’image: témoignaient à visage découvert. Mais les écoliers filmés dans les écoles juives, eux, étaient présentés de manière à ne pas être reconnaissables: filmés de dos, en plongée, avec des plans cadrés sur une partie seulement de leur visage, etc.

 

Pourquoi cette différence de traitement? Différence dans la manière de présenter à l’écran un enfant interviewé, selon qu’il appartient à telle ou telle communauté? Différence que, cela dit, on n’a vue nulle part ailleurs qu’au 20 Heures de TF1 – mais peut-être cela nous a-t-il échappé.

 

Soit ce sont les écoliers juifs interviewés et/ou leurs parents et/ou leurs enseignants qui, mardi matin, ont demandé à l’équipe de TF1 que leurs visages soient filmés et cadrés de manière à ne pas être identifiables. Auquel cas, cela aurait dû être dit aux téléspectateurs. Et développé journalistiquement. Car, dans le contexte actuel, ce ne serait pas une mince information que des membres de la communauté juive de ce pays ne souhaitent plus, par peur par exemple, apparaître et être reconnus comme tels dans le JT le plus regardé de France.

 

Médias, Télévision Journalisme Soit cette différence de traitement résulte d’une initiative prise par le journaliste de TF1, son cameraman et/ou leur rédaction en chef. Le cas échéant, cela aurait dû être expliqué aux téléspectateurs. Et justifié. Car ce choix rédactionnel serait tout sauf léger, dans ce pays et dans le climat actuel qu’il connaît.

 

Mardi soir, les millions de téléspectateurs du 20 Heures de TF1 qui ont pu, comme nous, s’interroger sur une telle différence télévisuelle de traitement entre enfants n’ont pas eu droit au moindre mot d’explication de de Laurence Ferrari.

 

On en est encore stupéfait.