Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/06/2010

Une promotion

Un peu de culture, pour bien terminer la semaine. Et puisque pendant un mois dès ce soir, on va n'entendre parler que de foot, allons-y illico. Une grande opération de promotion débute aujourd'hui à Paris, et durera jusqu'au 11 juillet. Cela s'appelle «Foot de théâtre». Pendant la Coupe du monde, une cinquantaine de théâtres privés de la capitale casseront leurs prix d'entrée: offrant des réductions de 20 à 50%. Ces soldes visent évidemment à amoindrir la chute de fréquentation redoutée pendant le Mondial. Cette opération est lancée alors que viennent d'être rendus publics des résultats assez catastrophiques concernant les théâtres dans la capitale française.

Car la crise économique, visiblement, modifie les habitudes culturelles des Parisiens. Qui sortent moins. Vont beaucoup moins qu'avant au théâtre, en tout cas. Le dernier rapport de l'Association pour le soutien au théâtre privé le reconnaît: «Si l’on s’en tient à l’activité des théâtres privés à Paris, l’année 2009 marque une évolution nettement défavorable». Les deux grands indicateurs sont de la même couleur que le rideau de ces théâtres: rouge. Rouge vif, même. En 2009 par rapport à 2008, les recettes brutes ont reculé de 17% et le nombre de spectateurs payants a chuté de 10 %. Concrètement, cela fait 21 millions d'euros et 380.000 spectateurs en moins. L'an dernier, seuls 5,7 millions de tickets d'entrée au théâtre ont été vendus à Paris.

Ce sont les cafés-théâtres qui y ont le plus souffert de la crise: leur fréquentation a chuté carrément de... 45%. Les théâtres publics, eux, qu'ils soient subventionnés par l'Etat ou par la Ville, ont mieux résisté: -4% pour les recettes, -8% pour la fréquentation. Contraste: alors que les théâtres se vident, les cinémas n'ont jamais été aussi remplis. L'an dernier, plus de 200 millions d'entrées dans les salles obscures ont été comptabilisées en France, contre 190 millions en 2008. Jamais depuis 1982 un tel succès de foule n'avait été enregistré. Selon la directrice du Centre national du cinéma, Véronique Cayla, «la salle de cinéma constitue, dans ces périodes de crise, un véritable lieu refuge».

Pour redresser la barre, les théâtres, en France en général et à Paris en particulier, devraient-ils, au lieu de se contenter d'opérations de promotions ponctuelles, songer à revoir plus globalement à la baisse l'ensemble de leurs grilles tarifaires?